par Maya Vautier - Véhicules

Essais : Sandero et Sandero Stepway, plus et mieux pour le même prix

Dacia Sandero et Sandero Stepway (comme Logan) adoptent un tout nouveau style en cette fin d'année 2012. Suite à son reveal au Mondial de Paris  en septembre, Sandero, la citadine Dacia nous dévoile aujourd'hui tous ses atouts. Lors de notre essai, elle a su démontrer comment l'on peut faire plus et mieux, tout en restant au même prix, d'un relooking stylistique et technologique à de nouvelles motorisations, en passant par une ergonomie retravaillée.

Style : homogène et résolument moderne

Premier restylage pour les Nouvelles Dacia Logan, Sandero et Sandero Stepway, qui pour l'occasion adoptent le même visage et revendiquent ainsi leur lien de parenté. Sandero partage près de 80 % de pièces avec Logan, afin de maximiser les économies d'échelle. Elles gagnent toutes 3 en assurance en affichant la nouvelle identité visuelle Dacia avec un regard affirmé et une face avant homogène, mettant en valeur le logo Dacia, bien installé dans la calandre. Les feux arrière ont également été retravaillés, tandis que la ligne de caisse apparaît plus sculptée, les arches de roues marquées et les flancs creusés.

Nouvelle identité Dacia déclinée sur (de gauche à droite) : Sandero, Sandero Stepway, et Logan

Les proportions carrosserie/surfaces vitrées renforcent la sensation de robustesse, donnant à Dacia une identité de marque encore plus forte.

L’empattement est toujours le même (2,59 m), et les cotes évoluent à la marge puisque Sandero et Sandero Stepway prennent 4 cm de longueur (4,06 m hors tout), pour une largeur de 1,73 m (identique à celle de Logan). Côté coffre, les Sandero offrent 320 l, valeur record parmi les citadines.

L'intérieur gagne en qualité perçue, avec quelques touches de chrome, sur une planche de bord qui peut accueillir en console centrale, l'écran tactile multimédia Media Nav. Les commandes sont plus fonctionnelles et plus accessibles, comme les commandes de climatisation et les commandes de réglage de rétroviseurs électriques. De nouvelles selleries sont proposées sur cette nouvelle génération de Sandero.

Equipements : Media Nav et régulateur de vitesse

En guise de GPS, Sandero reçoit en option, un système Media Nav, inauguré sur Lodgy et Dokker. Offrant un grand écran de 18 cm (7 pouces), ce système multimédia permet de naviguer entre radio, GPS, Bluetooth (pour téléphoner en toute sécurité en mode mains-libres), prise USB/prise jack, pour brancher son lecteur MP3 et le gérer via les commandes au volant ou l'écran tactile. A l'essai, le système nous a paru très fonctionnel, simple et le menu très facile à naviguer. Affiché à 240 €, il serait dommage de s'en priver.

Pour la première fois sur la gamme Dacia, le régulateur de vitesse est proposé (en option). Quant à l'aide au parking arrière, elle est désormais proposée sur les 3 modèles, Logan, Sandero et Sandero Stepway, selon les niveaux d'équipement.

Conduite : confort et acoustique améliorés

A signaler sur cette nouvelle génération de Logan et Sandero, la direction assistée est désormais en série dès l'entrée de gamme avec les motorisations Euro 5. Cette direction assistée bien calibrée participe à l'agrément de conduite de Sandero. En roulage, cette dernière offre une tenue de route ferme, sur des suspensions très agréables, lui donnant un caractère sautillant et agile.

En matière d’insonorisation, un gros travail a été fait : nouveau tablier pour isoler le compartiment moteur, absorption des bruits à la source dans le compartiment moteur et ajout d'un second joint d'étanchéité sur toute la longueur de l'habitacle.  A l'essai, confirmation, puisque le bruit du moteur est peu présent dans l'habitacle, et les bruits d'air, même si encore présents, sont minimisés là où la devancière de Sandero pêchait auparavant.

Motorisations : TCe 90 et 1.5 dCi 

La principale évolution sous le capot est l’arrivée du moteur essence TCe 90, déjà présenté sur Nouvelle Clio en version Energy (avec Stop and Start et récupération d'énergie au freinage).  Ce 3-cylindres turbo délivre  une souplesse appréciable à bas régime, avec 90 % de couple maximal (135 Nm) disponible dès 1 650 tr/min.

Associé à des caisses un peu plus légères, ce nouveau moteur essence fait son travail et a affiché sur notre essai une sobre consommation de moins de 6 l/100 km.

Côté Diesel, le moteur 1.5 dCi, en version 66 kW (90 ch), était proposé sur Sandero Stepway. Ce bloc surprend par ses reprises franches, grâce à un couple supérieur (220 Nm à 1 750 tr/min) et offre un bon agrément de conduite, avec une consommation sur notre essai de 5 l/100 km.

Les deux moteurs sont associés à une boîte manuelle à 5 rapports.

Sandero Stepway : le baroudeur

Sandero Stepway : l'actuel et son prédécesseur

Les nouvelles lignes de Dacia, plus viriles, s'adaptent plutôt bien à la nouvelle version de Sandero Stepway, cousin baroudeur de Sandero. Avec une garde au sol rehaussée de 4 cm (pour être plus à l'aise sur tous les terrains) par rapport à Sandero,  Sandero Stepway adopte ses propres attributs de carrosserie : skis avant/arrière, nouveaux boucliers bi-ton et calandre, barres de toit et passages de roue élargis, ainsi qu'une sellerie spécifique (avec broderie et surpiqûres grises).

Essais concluants pour Dacia Sandero et Sandero Stepway, qui sauront convaincre les plus indécis d'entre vous à l'annonce de leur tarif : ticket d'entrée en France de 7 900 € pour Sandero et 10 590 € pour Sandero Stepway.

Alors, convaincus ?

 

Tags: dacia essai sandero stepway