par Thomas AUDEBERT - Entreprise

24 heures de véhicule autonome au hackathon du Groupe Renault

En immersion pendant les 24h du hackathon TechCrunch @Vivatech sponsorisé par le Groupe Renault autour du véhicule autonome.

24 heures, 16 projets, des idées par centaines. Le Hackathon TechCrunch du Groupe Renault a tenu ses promesses durant le salon VivaTech 2018. Grâce aux nombreux participants, aux mentors - experts du Groupe Renault, le véhicule autonome – sujet d’étude – a de beaux jours devant lui.

Les chaises s’entrechoquent, on s’assoit, on se lève, on discute. Il est 14 heures, ce vendredi 25 mai et pas de doute, le hackathon TechCrunch @Vivatech est déjà bien lancé. 5 grands groupes ont lancé des défis aux participants et le Groupe Renault bénéficie du plus gros contingent avec environ 70 développeurs, venus de différents pays,parmi lesquels la France, l’Ukraine ou la Turquie. Leur objectif est simple : « Imaginer les services embarqués – ou non – qui feront le véhicule autonome ». Avec une volonté : laisser libre cours à la créativité, comme l’explique Benoît Joly, Directeur Gamme Commerciale Voiture Connectée et Nouvelles Mobilités. « A ce stade, après seulement une heure de travail, ils doivent encore brasser le maximum d’idées. »

Quatre experts du Groupe Renault sont mobilisés pour accompagner les équipes. Valerie Pascual, José Santinho, Sandrine Woll et Pascal Zylberstejn sont spécialistes du robot taxi, du véhicule autonome ou des services connectés.

« Notre rôle est de les aider à bien saisir les enjeux de ce projet. Nous devons également les challenger mais sans les brider, c’est un équilibre à avoir », poursuit Benoît Joly.

Les mentors orientent les participants – DR TECHCRUNCH

Les mentors orientent les participants – DR TECHCRUNCH

Séniors, Pokemon Go et guide touristique

Et les idées ne manquent pas. Réunis autour de grandes tables rondes, les équipes commencent à se former autour d’envies communes, d’intuitions partagées et les premiers projets cherchent l’approbation des experts. « Et si on faisait un Pokemon Go des monuments pour une expérience de tourisme augmentée ? » propose un participant. « Et un transport autonome pour développer la mobilité des séniors ? » embraye un autre.

Pour l’équipe Pinky Car, composée de Maryline, Nadhir et François, ce sera « transformer la voiture en guide touristique ». Les trois étudiants, qui se connaissent déjà, ont planché sur le sujet en amont de l’événement. « On a choisi le challenge du Groupe Renault, car on le trouvait inspirant. La mobilité autonome, ça nous parle. On s’est demandé ce qu’on pourrait faire du temps gagné à bord et comme nous adorons voyager, on s’est tourné vers l’idée d’un guide touristique. »

Après quelques heures, le chahut des débuts se calme peu à peu. Les équipes sont définitivement formées et les sujets se précisent. « C’est une vraie bonne idée et la question de l’autonomie du véhicule est centrale dans ce projet » s’enthousiasme un mentor à propos de ce système de recherche de place de parking en autonomie. Le hackathon entre dans sa phase de codage informatique. La nuit tombe et il faut tenir encore une bonne quinzaine d’heures.

16 projets développés

Samedi midi, la fin du challenge approche. Les présentations sont vérifiées, les derniers détails peaufinés. La nuit est passée par là et les tables encore bien rangées la veille ont depuis vu passer nourriture, boissons et beaucoup d’heures de travail. Les visages sont fatigués mais déterminés.

Les développeurs au travail le samedi matin – DR TECHCRUNCH

Les développeurs au travail le samedi matin – DR TECHCRUNCH

Bientôt l’heure tant redoutée de la présentation. 1 minute en anglais pour convaincre le jury du Groupe Renault : Philippe Clogenson, Mathieu Lips et Laurent Taupin, spécialistes du véhicule autonome. A l’issue du hackathon ils découvrent 16 projets, autour de la gamification des données du véhicule autonome, du tourisme en réalité augmentée, d’un système de blockchain pour faciliter le prêt de véhicules. Les équipes ont travaillé dur pour satisfaire un jury exigeant. Sur la scène dédiée, les présentations se succèdent, devant les nombreux participants enthousiastes à l’idée de découvrir les idées de leurs camarades.

« Autopark » plébiscité

Pour le jury du Groupe Renault, le bénéfice client est fondamental pour déterminer le vainqueur. « Le service doit apporter une solution technologique à un problème auquel est soumis le conducteur ou les passagers », explique-t-il. Après une délibération engagée, la solution de parking est finalement déclarée gagnante, pour son implémentation rapidement envisageable et surtout son bénéfice réel pour les utilisateurs, une nouvelle preuve de « l’Easy Life » selon Renault.

L’équipe gagnante « AutoPark » avec Philippe Clogenson – DR TECHCRUNCH

L’équipe gagnante « AutoPark » avec Philippe Clogenson – DR TECHCRUNCH

Pour Matthieu, membre de l’équipe gagnante « Autopark », c’est la concrétisation d’une journée stimulante.

« Nous nous sommes rencontrés hier avec les autres membres de l’équipe, et on a tout de suite bien travaillé ensemble. Avec ce hackathon, on a pu créer quelque chose de neuf avec des gens de tout horizon. Dans l’équipe on avait 2 Italiens, un Tunisien, un Turc et un Français. Les mentors Renault ont su nous orienter vers la bonne solution et ont cru en notre projet. La victoire c’est la cerise sur le gâteau, on a passé un hyper bon moment »

Des participants enchantés, des mentors plébiscités, un jury intéressé, la première expérience du Groupe Renault au hackathon TechCrunch @Vivatech est un succès !

Tags: innovation renault salon