par Groupe Renault - Innovation

3 QUESTIONS A NICOLAS SCHOTTEY, DIRECTEUR DU PROGRAMME BATTERIES ET INFRASTRUCTURES DE RECHARGE DES VEHICULES ELECTRIQUES

Nicolas Schottey a débuté sa carrière chez Renault en 2004 en tant qu’Analyste Performance des groupes motopropulseurs. Il a ensuite notamment travaillé sur la Stratégie industrielle et le Plan stratégique Renault Drive the Change du Groupe Renault. En 2016, Nicolas a rejoint la business unit Véhicules Electriques du groupe, en tant que Directeur du Programme Batteries et Infrastructures.

Renault et Powervault annoncent l’utilisation de batteries de 2nde vie de véhicules électriques Renault dans des systèmes de stockage d’énergie domestique Powervault. En quoi cela consiste-t-il précisément ?

Nicolas Schottey, Directeur du programme batteries et infrastructures de recharge des Véhicules Electriques.

Powervault est une société britannique qui fabrique et commercialise un système de stockage d’électricité domestique. Le système Powervault s’adresse directement au grand public, principalement aux propriétaires de maisons équipées de panneaux photovoltaïques. Il emmagasine l’électricité produite par ces panneaux solaires, et peut également stocker l’électricité à partir du réseau classique pendant les heures creuses. L’avantage est double : la facture d’électricité du client baisse, et la production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelables est encouragée.

Renault s’associe à Powervault pour équiper ce système avec des batteries de 2nde vie, c’est-à-dire des batteries ne répondant plus aux besoins particulièrement exigeants d’une utilisation automobile. Cela permet de baisser le coût de l’unité de stockage, et ainsi d’envisager plus facilement une application auprès d’un large public.

De plus, les batteries de véhicules électriques Renault trouvent ainsi une utilisation supplémentaire.

On connaît le succès des véhicules électriques Renault. Pourquoi Renault s’engage-t-il, en plus, dans l’utilisation de leurs batteries en 2nde vie ?

La vision de Renault est le développement à grande échelle de la mobilité électrique. Cette stratégie s’appuie sur une gamme complète de véhicules. Offrir une mobilité électrique facile et agréable à vivre, c’est indispensable bien sûr ! Mais, pour faire du véhicule électrique un véhicule de masse, Renault doit aussi agir sur l’ensemble de l’écosystème lié à cette mobilité. C’est l’une des priorités de la business unit Véhicules Electriques.

Renault exploite notamment toutes les possibilités qu’offrent la batterie du véhicule, pour stocker de façon intelligente l’électricité : que la batterie soit dans le véhicule via le smartcharging (en usage automobile), ou qu’elle soit utilisée en 2nde vie (hors usage automobile). Après de longs mois de travail avec ses partenaires, Renault est prêt pour lancer une grande offensive sur ces deux volets ! Le succès de ces offres maintiendra l’attractivité des véhicules électriques Renault au meilleur niveau du marché.

Piloter la recharge de la batterie permet de choisir des périodes où l’énergie est bon marché, mais aussi de limiter les effets de l’intermittence des sources d’énergies renouvelables qui perturbent le réseau. Des synergies de plus en plus étroites entre le monde de l’énergie et le monde de l’automobile doivent aboutir à des recharges de moins en moins carbonées et de moins en moins chères.
L’utilisation en 2nde vie des batteries des véhicules Renault est également une brique dans la transition vers les smart grids, car faire coïncider la production et la consommation d’électricité augmente les qualités techniques et économiques du réseau électrique. Enfin, elle rajoute entre 5 à 10 ans de durée de vie aux batteries, ce qui repousse d’autant l’étape du recyclage.

Les enjeux économiques et écologiques de cette démarche sont donc indissociables.

Quels sont les autres projets de Renault pour l’utilisation des batteries en 2nde vie ?

Les applications des batteries de 2nde vie sont multiples. Renault est engagé depuis 2015 dans les projets du fonds européen ELSA, qui vise à développer des solutions locales de stockage de l’électricité. Les prototypes sont en cours d’exploitation dans 6 sites en Europe, dans tous types de bâtiments, afin d’aboutir à des solutions industrialisables et commercialisables dès l’année prochaine. Par exemple, un système de stockage comprenant des batteries 2nde vie de ZOE est en place au siège social de la filiale immobilière de Sogeprom en région parisienne. Il soutient les pics de consommation de cet immeuble de 15 000 m2.

Renault est également impliqué dans des projets qui utilisent ses batteries dans les bornes de recharge rapide pour véhicules électriques. Les batteries de 2nde vie aident à limiter les coûts de connexion au réseau, notamment quand il faut charger un grand nombre de véhicules en même temps. C’est d’ores et déjà le cas au sein du réseau de bornes FastE opéré par la société Allego sur les autoroutes en Allemagne et Belgique.

La plupart des possesseurs de véhicules électriques Renault louent la batterie. Avec ses plus de 120 000 véhicules électriques déjà en circulation, c’est donc presque autant de batteries dont Renault reste propriétaire, et dont il peut gérer le cycle de vie au bénéfice de l’écosystème tout entier. Et ça n’est qu’un début !

Tags: stratégie