par Caroline De Beaumont - Entreprise

5 questions à Dominique Thormann, Directeur Financier du Groupe

Tags: 2015

Les résultats financiers du Groupe Renault en 2015 sont publiés aujourd'hui, vendredi 12 février 2016. Nous en avons profité pour interviewer Dominique Thormann, Directeur financier du Groupe Renault.

Bonjour Dominique. Quelles sont vos premières réactions à la suite de la publication des résultats financiers 2015 du Groupe Renault?

Ces résultats sont une satisfaction, car ils nous mettent en trajectoire pour l’atteinte des objectifs de notre plan à moyen terme "Drive the Change".Mais ils sont aussi le fruit des efforts de tous les salariés du groupe que je tiens particulièrement à remercier. C’est bien l’équipe Renault dans son collectif à qui on doit ces résultats.

Mais ne nous trompons pas. Nous sommes dans un secteur très compétitif et souvent imprévisible. La majorité des constructeurs ont amélioré leurs résultats en 2015, à nous maintenant de les pérenniser.

 

Quelles opportunités voyez-vous sur cette année 2016 ?

2016 devrait être une bonne année au niveau commercial, avec dix lancements prévus partout dans le monde. Et il ne faut pas oublier le succès des lancements 2015 dont on profitera en année pleine.

En Europe, le redressement du marché se poursuit et nous devrions profiter des lancements de Mégane et Scénic dans un segment clé pour Renault.

En Chine, nous ouvrons un nouveau chapitre pour Renault, où nous venons d’inaugurer une nouvelle usine. Les fabrications locales viennent de commencer avec la version chinoise de Kadjar, étape critique qui nous ouvre la voie dans ce qui est le plus grand marché automobile du monde.

Enfin, l’Inde, où Kwid rencontre un franc succès au lancement, et l’Iran où les conditions sont en train de se normaliser, représentent deux autres grands pays à opportunités.

D. Thormann infographie gamme 2016(Résultats financiers du Groupe Renault 2015 - Opportunités 2016 : Nouveautés de la gamme)

Et concernant les risques ou incertitudes ?

La situation restera difficile ailleurs, principalement dans des pays émergents dont les économies ont été fragilisées par la récente chute du prix du pétrole. Je pense bien sûr au Brésil et à la Russie qui sont deux grands marchés pour Renault où nous prévoyons des baisses de marché respectives de 6% et 12%. Cependant, ces marchés repartiront et il faut profiter du moment pour renforcer encore la localisation de nos productions et préserver nos marges.

La volatilité des devises restera aussi un sujet de préoccupation. La seule réponse pérenne au risque de change est d’augmenter les taux de localisation de manière à avoir autant de coûts que de recettes dans une même devise.

Enfin, la pression concurrentielle et réglementaire, notamment autour des émissions, restera élevée. Ceci impliquera de continuer les efforts sur les coûts, condition nécessaire à notre compétitivité.    

 

Si Renault a enregistré globalement de bons résultats, c’est également le cas de RCI Banque, dont l’activité de dépôts auprès des particuliers se développe ?

En effet, c’est un succès de RCI* Banque qui mérite d’être souligné. Dès le lancement en France avec le compte Zesto, RCI Banque s’est engagée à réinvestir les fonds collectés dans son activité de crédits automobiles pour les clients et réseaux des marques de l’Alliance Renault-Nissan. Ces produits d’épargne simples et entièrement en ligne ont su attirer près de 268 000 clients dans les quatre pays où ils ont été lancés.

Par ailleurs, RCI Banque a également enregistré une bonne année sur ses métiers traditionnels de financements et services avec une production record de nouveaux dossiers. 


Comment les résultats positifs enregistrés en 2015 par le Groupe Renault contribuent-ils à la réussite de sa stratégie à moyen terme ?

Aucune entreprise ne peut envisager son avenir ou construire une stratégie si elle n’a pas une assise financière solide. La rigueur financière avec laquelle Renault a géré ses ressources ces dernières années est à la base des premiers succès du plan Drive the Change et permettront de construire le prochain plan.

L’avenir de l’automobile va s’articuler autour d’innovations partout dans le monde, non seulement concernant le produit, mais aussi les services liés à l’usage de l’automobile. Le Groupe Renault doit pouvoir se positionner parmi les acteurs de premier plan qui sauront profiter de ces transformations.

La croissance du chiffre d’affaires en 2015, l’atteinte d’une Marge Opérationnelle supérieure à 5% qui était l’objectif de fin de plan et le free cash-flow positif sont de bon augure pour l’avenir. Nous devons continuer sur cette voie pour disposer des ressources nécessaires au développement des nouveaux produits, technologies et attractivité de la marque Renault.

Merci Dominique thormann pour ces informations!

Tags: 2015