par Emmanuel GENTY - Innovation

Comment développer un système global intégrant des véhicules autonomes et une plate-forme de mobilité ?

Dans le cadre du projet Rouen Normandy Autonomous Lab (RNAL), le Groupe Renault participe à un test sur routes ouvertes d’un service de mobilité autonome. Il s’agit d’une première en Europe. L’écosystème de cette expérimentation inclut quatre Renault ZOE électriques équipés de capteurs et d’intelligence embarquée pour les transformer en véhicules autonomes, une application clients pour réserver le trajet, un poste de contrôle de la flotte à distance, une infrastructure connectée et des réseaux de télécommunications sécurisés.

Nous pensons que les futurs services de mobilité partagée à la demande relèvent d’une responsabilité collective. Les différents partenaires* du RNAL apportent chacun leur expertise et leurs compétences de pointe pour soutenir une démarche d’avant-garde visant à développer des solutions de transport innovantes et durables.

L’objectif est de tester et de développer un service de transport à la demande sans conducteur humain, mais pas sans supervision humaine. Évoluant dans une infrastructure connectée, les véhicules autonomes peuvent facilement transporter des passagers le long de parcours validés où des équipements technologiques communiquent avec la flotte à des points sensibles : ronds-points, feux de circulation, passages piétons, etc.

Carte d'un rond point - une infrastructure intelligente au service des véhicules autonomesDes véhicules autonomes connectés à leur environnement et à des infrastructures intelligentes

Le Groupe Renault et Transdev ont équipé les véhicules de caméras, de scanners laser (LiDAR), d’un système GPS différentiel et d’une cartographie HD garantissant une vision à 360° et une localisation précise. Les véhicules établissent une représentation 3D en temps réel de leur environnement, ce qui leur permet de détecter, localiser et identifier des objets en mouvement et immobiles autour d’eux et de prendre ainsi les meilleures décisions. 17 points d’arrêt ont été enregistrés à travers des capteurs stratégiquement positionnés sur l’infrastructure le long du parcours. Ces capteurs supplémentaires transmettent des données aux véhicules qui peuvent ainsi voir encore plus loin que leurs propres capteurs, anticiper leur environnement et être avertis de la présence de véhicules ou de piétons en dehors de leur portée.

Poste de contrôle : la touche humaine dans la plate-forme de mobilité

La sécurité des passagers est essentielle. Au poste de contrôle, les opérateurs gardent un œil sur les véhicules en permanence. Un bouton permet aux passagers de communiquer avec eux à tout moment.

En cas d’anomalie, les opérateurs peuvent intervenir sur la voiture, activer un frein d’urgence, réduire sa vitesse ou l’arrêter immédiatement. Le poste de contrôle a accès en temps réel à la position des véhicules, aux données des caméras et lidars ainsi qu’aux images prises par le véhicule, lesquelles sont reçues à travers une connexion sécurisée.

Le poste de contrôle a accès en temps réel à la position des véhicules, aux données des caméras et lidars ainsi qu’aux images prises par le véhiculeMobilité : toujours une question d’écosystème

Cette expérience menée à Rouen s’inscrit dans la stratégie du Groupe Renault : offrir un service commercial de mobilité à la demande automatisé dès 2022, conformément à son plan Drive The Future 2017-2022, en coopération avec l’Alliance.

_______________________________________________________________________
*Métropole Rouen Normandie, le groupe Transdev, le Groupe Renault, Matmut avec le soutien de la Région Normandie et de la Banque des Territoires.

Tags: véhicule autonome zoe