Innovation | 17 juillet 2019

Electric Stories

4 min
Quelques idées novatrices pour l'avenir du véhicule électrique vues par Groupe renault
Ce mois-ci, les histoires d’ailleurs prennent à coeur les enjeux environnementaux. En tant que leader innovant pour la mobilité de demain, le Groupe Renault se doit de se fixer des objectifs en la matière ! Toutes les parties prenantes ont leur rôle à jouer pour l’environnement. Ainsi, nombreux sont les pays à prendre des initiatives pour se mettre au vert, et plus précisément à l’électrique. Autopartage, éco-quartiers, installations de bornes ou recharges sur les routes… Cette prise de conscience donne naissance à de véritables écosystèmes électriques. Pour les découvrir, direction les Pays-Bas, la Suède, la Norvège, et la France avec Belle-Île-en-Mer ! Lumière sur ces destinations qui voient clair dans les solutions de mobilité durables.
par Groupe Renault

NORVÈGE,
AU ROYAUME DE L’ÉLECTRIQUE

Dans les rues d’Oslo, des voitures circulent. En silence. Et pour cause, elles sont électriques ! Vous pouvez les reconnaître à leurs plaques, commençant par EV ou EK, qui représentaient plus de la moitié des nouvelles immatriculations dans le pays début 2019. Un record rendu possible grâce à une politique publique volontariste. Aides à l’achat, gratuité de certains parkings, péages et recharges, accès autorisé aux voies de bus… Lorsqu’il s’agit d’électrique, les Scandinaves ne perdent pas le nord. Tout est mis en place pour inciter les norvégiens à franchir le pas. Des mesures qui pèsent forcément dans la balance, au moment de choisir son véhicule. Pari réussi. Avec plus de 46 000 voitures électriques pour une population de 5,3 millions d’habitants, le Royaume de Norvège serait le pays avec la plus importante concentration de voitures électriques. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Prochaine étape : dès 2025, plus aucune voiture neuve ne devrait émettre de CO2 à Oslo.

Oslo, ville pionnière dans le combat contre l'émission de Co2.

PAYS-BAS,
UN HAUT NIVEAU D’ÉLECTRIFICATION

Les Néerlandais sont réputés comme étant de grands adeptes du vélo. Malgré tout, les pics de pollution de l’air des Pays-Bas dépassent régulièrement les niveaux autorisés par les règles européennes. La faute au trafic intense des grandes villes. Pour y remédier, la mairie d’Amsterdam a pris une mesure radicale : dès 2030, les véhicules à essence et diesel seront interdits dans la capitale. Même chose pour les bateaux circulant sur les nombreux canaux de la ville. Quant à Rotterdam, la ville aux 1 000 bornes sera enrichie par 1800 nouvelles recharges d’ici 2020. Des solutions mises en place par ENGIE et EV-Box, spécialiste des infrastructures pour véhicules électriques. Non loin de là, l’éco-quartier de Lombok, à Utrecht, montre aussi la voie à suivre. Son service d’autopartage We Drive Solar, opéré par la startup LomboXnet, propose aux habitants une flotte de 150 ZOE en libre-service.

BELLE-ÎLE-EN-MER,
L’ÉLECTRIQUE EN MODE INSULAIRE

Porto Santo n’est pas la seule île à avoir pris le virage de l’électrification. Il existe au sud de la Bretagne, dans le Morbihan, une petite île engagée : Belle-Île-en-Mer. Celle-ci est reliée au réseau électrique national, via un câble électrique sous-marin. Une installation qui a un coût. D’où l’objectif, de développer à terme le photovoltaïque et l’éolien, pour apporter une indépendance énergétique totale à l’île. Une démarche initiée par le projet Flexmob’île, dans le cadre du programme “Smart Fossil Free Island”. Il réunit notamment Les Cars Bleus, Morbihan Énergies, Enédis et Renault Véhicule Électrique. Le principe ? Des véhicules électriques sont mis à disposition des habitants, en autopartage, libre-service ou location à la demande. Ils seront alimentés par un réseau de bornes installées à des points stratégiques de l’île. Résultat, une île transformée en véritable smart grid !

Belle-île-en-mer vise l'indépendance totale en énergie.

SUÈDE,
SUR LES RAILS DE L’ÉLECTRIFICATION

Une route conçue spécialement pour recharger les véhicules électriques ? Ça existe. La Suède en a même inauguré une en 2018 sous une toute nouvelle forme. Le concept ? Un rail électrifié est intégré dans l’asphalte, pour alimenter les véhicules par simple contact. Long de 2 kilomètres, ce tronçon appelé eRoadArlanda permet ainsi aux camions de PostNord de se recharger, via des patins mobiles entrant en contact avec le fameux rail, comme pour les tramways. En 2020, ce procédé devrait être testé à Lund, pour alimenter les véhicules électriques en énergie sans leur imposer d’arrêts-recharge. D’ici 2030, plus aucun moteur de voiture ne devrait tourner avec des énergies fossiles dans le pays. Là-bas, on mise donc sur l’électrification de ses routes. Une solution qui en dit long sur l’implication de la Suède, et qui devrait rassurer les automobilistes, qui craignent de se retrouver à court d’énergie.

En Suède, plus aucun moteur ne devrait tourner à l'énergie fossile d'ici 2030.

 

Pour aller plus loin

La mobilité autonome en partage : de la fiction à la réalité
Innovation

La mobilité autonome en partage : de la fiction à la réalité

16 mai 2019
Voir plus
Développer une mobilité plus propre, plus efficace et plus fluide
Innovation

Développer une mobilité plus propre, plus efficace et plus fluide

12 octobre 2018
Voir plus
EZ-PRO, entre mobilité urbaine et ville du futur
Événement

EZ-PRO, entre mobilité urbaine et ville du futur

19 septembre 2018
Voir plus