par Caroline De Beaumont - Sport

Formule 1 : Grand Prix d'Italie

Le staff de Renault Sport Formula 1 Team n’a eu que quelques heures pour se remettre de ses émotions belges et mettre le cap au sud, direction l’Italie.

Evidemment, après la violente sortie de route de Kevin Magnussen, l’état de santé du Danois était au centre des préoccupations cette semaine. Les nouvelles de Kevin sont bonnes.

C’était un gros crash et j’avais mal, mais je n’ai heureusement rien d’autre qu’un bleu à la cheville. J'ai passé de nouveaux examens au Danemark et je travaille avec mon kiné pour rester en forme. Je me sens prêt à courir à Monza. La FIA aura bien sûr le dernier mot, mais je le veux vraiment et j’ai confiance sur le fait que tout soit OK. 

                                                        Kevin Magnussen

magnussen-conf

 

 

Déjà tourné vers le Grand Prix de ce week-end, Kevin devrait courir sur le châssis de rechange. Il est heureux de retrouver le circuit de Monza :

Ce n’est pas la piste qui m’a le plus souri jusque-là mais il y règne l’une des meilleures ambiances de la saison.

                                                        Kevin Magnussen

 

Et pour cause : Monza est le jardin des inébranlables tiffosi. Une atmosphère aussi passionnée ne peut laisser indifférent...

C’est un circuit vraiment spécial, je l’adore. Monza est tellement chargé d’histoire… Il y a aussi la passion de la foule, on peut entendre les fans quand on pilote. C’est une piste à l’ancienne vraiment plaisante.

                                                           Jolyon Palmer

palmer

 

Accueillant des Grand Prix depuis 1921, la piste de Monza est un temple entièrement dédié à la vitesse. Elle constitue un défi attendu autant que redouté,

C’est un circuit à part, qui ne ressemble en rien aux autres sur lesquels nous nous rendons durant la saison. Il y a quatre longues lignes droites où nous avons besoin d’utiliser les plus bas niveaux d’ailerons de l’année pour pouvoir atteindre les vitesses les plus élevées. Néanmoins, il reste nécessaire d’équilibrer la voiture avec un minimum d'appui. Sur les grandes zones de freinage, la surface d’ailerons pour ralentir la monoplace est beaucoup plus faible. Le juste équilibre entre vitesse et adhérence peut s’avérer assez difficile à trouver, mais une bonne traction dans  les chicanes et une bonne accélération dans la ligne droite suivante forment la clé d'un bon temps au tour .

                                                      Nick Chester, le directeur technique de l’écurie

C’est sur cette piste tracée dans un parc proche de Milan que sont atteintes les plus hautes vitesses de la saison et il est impératif pour les pilotes d’avoir un « gros cœur ». Le premier virage de Lesmo se négocie en effet à 260 km/h alors que la vitesse de pointe atteint les 335 km/h. Elle est enregistrée juste avant la fameuse Parabolica qui demeure un temps fort de la saison.

Monza est le circuit le plus typé ‘moteur’ de l’année. Plus de 70 % du tour se négocie à plein régime. Un record ! Toutefois, la consommation demeure mesurée par rapport à d’autres circuits plus lents, la vitesse étant assez constante sur l’ensemble du tour,  hormis lors du franchissement des chicanes, bien sûr ! Les pilotes voient alors leur vitesse tomber de 300 à 80 km/h !

Tags: f1 formula 1 gp