par Caroline De Beaumont - Sport

GP d’Azerbaïdjan : Radio cockpit

A l’instar de nombreux modèles de la gamme Renault, la Renault R.S.17 de Formule 1 est, elle aussi, équipée d’une radio. Mais sa fonction n’est pas vraiment de diffuser de la musique !

Les monoplaces de Formule 1 sont équipées d’une liaison radio qui permet aux pilote de dialoguer avec son équipe durant les essais ou la course.

La liaison radio avec le Team est essentielle ! Avant la course, nous échangeons avec nos « ingés » pour être parfaitement calés quand le feu passe au vert. Pendant la course, je leur indique le comportement de la monoplace, comment je « sens » les pneus et je demande la position des voitures devant et derrière la mienne. Les pitstops sont aussi un moment où les échanges sont cruciaux. Bien que les stratégies de course soient définies avant chaque GP, nous les adaptons en fonction de ce qu’il se passe en piste ». Nico Hulkenberg, pilote Renault Sport Formula One Team.

Durant les Grands Prix, l’équipe Renault Sport Formula One Team dispose d’une sorte de quartier général posté le long du muret qui sépare les stands de la piste. Elle accueille Tom Van Den Bergh (stratégiste de course), Alan Permane (directeur sportif), Cyril Abiteboul (directeur général de Renault Sport Racing), Ciaron Pilbeam (ingénieur en chef course), Paul Seaby (Team Manager) ainsi que Nick Chester (directeur technique chassis) ou Bob Bell (directeur de la technologie). Tous ont la possibilité de communiquer avec les pilotes lorsqu’ils sont en piste.

Les interlocuteurs qui échangent le plus avec les pilotes sont en fait les ingénieurs de course de chaque pilote. Il s’agit de Mark Slade pour Nico Hulkenberg et de Karel Loos pour Jolyon Palmer.

Mark Slade

Tous les pilotes n’utilisent pas la radio de la même manière :

Kimi Räikkonen, par exemple, préfère généralement ne pas avoir d’indications par radio alors que Jacques Villeneuve aimait qu’on lui parle à chaque virage de chaque tour ! Pour ce qui est de nos pilotes actuels, ils ont une approche similaire. Ils apprécient d’avoir des informations sur leur situation en course ainsi que sur leur rythme et la situation au niveau des pneus. Dans l’ensemble, nous leur parlons environ tous les 4-5 tours ». Alan Permane, directeur sportif de Renault Sport Formula One Team.

Entre 2014 et 2016, le règlement a imposé de nombreuses restrictions sur le contenu des messages radio échangés entre ingénieurs et pilotes, afin de redonner à ces derniers davantage d’autonomie.

Ces restrictions réglementaires ont eu un gros impact sur les équipes :

Cela a beaucoup changé notre façon de travailler. Ca nous a compliqué la tâche. Nous avons dû investir davantage dans des logiciels permettant de communiquer des informations telles que l’usure des freins, la température des pneus, etc… Ce fut une période un peu difficile pour les équipes et nous nous sommes tous réjouis que ces restrictions aient été supprimées ». Alan Permane, directeur sportif.

Jolyon Palmer

Si certaines équipes de Formule 1 ont pu être tentées de développer quelques messages codés lors des restrictions sur les communications radio, toutes peuvent désormais s’exprimer librement. Enfin dans une certaine mesure car les communications entre pilotes et ingénieurs peuvent à tout moment être diffusées, après un court délais, lors de la retransmission télévisée du Grand Prix. C’est pour cela qu’au dernier Grand Prix de Monaco, par exemple, l’ingénieur de notre pilote Jolyon Palmer s’est contenté d’évoquer dans un message un « Scenario 12 » incompréhensible aux non-initiés.

Rendez-vous dimanche 25 juin à 15h00 (CET) pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan !

 

Tags: renault sport f1