par Caroline De Beaumont - Sport

Grand Prix de Grande Bretagne

Se rendre à Silverstone pour le Grand Prix de Grande-Bretagne est toujours un rendez-vous particulier. C’est en effet sur ce circuit du Northamptonshire qu’a été lancé le Championnat du monde de Formule 1 en 1950.

Pour le Renault Sport Formule One Team, cette étape anglaise a une résonnance toute particulière : non seulement, elle se situe à moins d’une heure de l’usine d’Enstone, mais c’est en effet sur cette piste que Renault a révolutionné le monde des Grands Prix en introduisant la technologie du turbo, lors de ses débuts en Formule 1 en 1977 !

Il n’y a toutefois pas besoin d’être féru d’histoire pour apprécier ce Grand Prix. L’ambiance y est toujours exceptionnelle.

Il s’agit d’un des GP que j’attends avec impatience. L’ambiance y est géniale avec tous ces fans toujours débordants d’enthousiasme pour la course. On peut ressentir cette excitation tous les matins. Hélas, il n’y a aucun épreuve au Danemark, donc je considère celui-ci presque comme mon Grand Prix national.

                                          Kevin Magnussen, pilote.

KM

 

Au delà de son ambiance unique, Silverstone représente l’un des morceaux de bravoure de la saison pour les pilotes. La vitesse moyenne sur un tour dépasse les 200 km/h et le virage de Copse constitue l’un des moments les plus attendus de l’année. Négocié quasiment à fond, il débouche sur un rapide complexe composé des virages de Maggots, Becketts et Chapel. Les pilotes y arrivent à plus de 300 km/h !

 

Ces virages sont juste énormes !

                                       Kevin Magnussen, pilote.

 

Disposer d’une voiture bien équilibrée est alors une nécessité absolue. C’est d’ailleurs ce qui guidera le travail des ingénieurs ce week-end.

Nous travaillerons à l’obtention d’une monoplace stable en virages rapides, tout en évitant trop de sous-virage, ce qui peut être piégeux ici. Nous serons aussi attentifs aux zones les plus bosselées du circuit ».

                                      Nick Chester, directeur technique châssis.

 

Le tour étant long et rapide, ce circuit est aussi très typé « moteur ». La consommation d’essence y est assez élevée mais les systèmes de récupération d’énergie MGU-H (sur les échappements) et MGU-K (au freinage) collecteront assez d’énergie pour que ce paramètre n’influe pas trop sur le rythme des pilotes. Evidemment, pour Jolyon Palmer, ce Grand Prix à domicile offre une saveur toute particulière.

 

J'avais quinze ans lors de ma première course à Silverstone. Je connais donc assez bien les lieux ! Je suis impatient de courir devant mon public. La foule est immense et enthousiaste même quand vous n’êtes pas britannique. Si vous l’êtes, alors tout cela prend une dimension supérieure.

                                            Jolyon Palmer, driver.

JP

 

A l’occasion de ce Grand Prix, le Renault Sport Formula One Team inaugurera une nouvelle organisation. Cyril Abiteboul veillera désormais à faire évoluer l’usine d’Enstone alors que Frédéric Vasseur devient Team Principal.

Je continue d’assister à toutes les courses avec cette fonction et je serai plus impliqué dans la gestion quotidienne des activités de Viry-Châtillon afin de nous assurer que ce côté de l’équation fonctionne comme il se le doit .

                                      Frédéric Vasseur, Team principal.

Tags: f1 formule 1 gp