par Jean-Denis Curt - RSE

#GreenStories - Economie 100 % circulaire : le Groupe Renault poursuit son engagement

Jean-Denis Curt, Responsable du Pôle Economie Circulaire du Groupe Renault.

La filière automobile française vient de signer la Feuille de Route Economie Circulaire de l’Etat français dont l’objectif est de tendre vers 100 % de plastiques recyclés en France d’ici 2025.

Portrait de Jean-Denis Curt, Responsable du Pôle Economie Circulaire du Groupe Renault

Jean-Denis Curt, Responsable du Pôle Economie Circulaire du Groupe Renault.

En tant que constructeur automobile, nous avons la responsabilité de limiter au maximum l’empreinte environnementale de nos produits et de nos activités afin de répondre aux enjeux de la raréfaction des ressources naturelles, du réchauffement climatique et de la qualité de l’air.

C’est dans cette optique que nous venons, à travers la filière automobile, de réaffirmer auprès de l’Etat français notre objectif d’augmenter de 50 % notre consommation globale de plastique recyclé par rapport à 2013, soit 64 000 tonnes pour l’ensemble du Groupe Renault.

 

Pour atteindre cet engagement, nous déployons des partenariats de R&D avec des fournisseurs et recycleurs pour co-développer de nouvelles matières recyclées répondant aux très fortes contraintes techniques et économiques de l’industrie automobile, ainsi qu’aux impératifs d’allègement des véhicules.

En parallèle de ces activités, à travers notre entité Renault Environnement, nous mettons en œuvre toute une palette d’activités relevant de l’économie circulaire, bien au-delà de l’utilisation de matières recyclées.

Ainsi, à travers notre filiale Indra, en partenariat avec Suez, nous traitons les véhicules hors d’usage (VHU) afin d’en extraire à la fois des matières premières secondaires pour les réintégrer dans la production de nouveaux véhicules, ainsi que des pièces ensuite réemployées dans notre réseau après-vente pour la réparation de véhicules. En 2017, ce sont 350 000 VHU qui ont été traités par Indra et son réseau de 300 centres VHU !

Boone Comenor, également en co-entreprise avec Suez, est spécialisée dans la valorisation des rebus métalliques issus de l’industrie automobile tels que l’acier, le cuivre, l’aluminium par exemple.

 

Enfin, Gaia, filiale à 100% Renault, est à l’interface des différents acteurs de l’économie circulaire qui interviennent au cours de la vie du véhicule. Sa mission est d’acheter notamment des matières prélevées sur les véhicules en fin de vie issus du réseau INDRA (cuivre de câblages électriques, pots catalytiques, pare-chocs en polypropylène). Elle fait ensuite appel aux services de partenaires recycleurs pour recycler ces matières qu’elle revend enfin aux usines et fournisseurs du Groupe. Ses activités couvrent également le diagnostic et la réparation des batteries de véhicules électriques à Flins et enfin la valorisation de pièces automobiles (rebus de fabrication ou fins de série).

Par ailleurs, depuis près de 70 ans, nous pratiquons au sein de l’usine de Choisy-Le-Roi le remanufacturing, autrement dit la rénovation d’organes mécaniques usagés, collectés au sein de notre réseau commercial, qui sont ensuite triés puis remis à neuf dans l’usine. Chaque année, 15 000 moteurs et 18 000 boîtes de vitesse sont ainsi récupérés dans tout le réseau commercial européen. Plus de la moitié des composants des moteurs et plus de 70% de ceux des boîtes de vitesses sont réassemblés pour produire des organes mécaniques aux performances et garanties équivalentes au neuf, mais vendus en moyenne 40% moins chers. Le reste des composants est recyclé au sein de nos fonderies pour produire de nouvelles pièces.

Ces activités qui génèrent plus de 500 millions de chiffre d’affaires par an, permettent au Groupe de consolider son leadership dans la mise en œuvre de l’économie circulaire au sein de l’industrie automobile, et d’intégrer en moyenne 33% de matière recyclée dans ses véhicules produits en Europe.

 

Il nous reste encore de nombreuses pistes de circularité à exploiter : développer le remanufacturing de nouveaux composants comme ceux des véhicules électriques, élargir les boucles matières au textile issu des sièges ou des ceintures de sécurité par exemple, intensifier l’usage des véhicules à travers des solutions de mobilité comme l’autopartage ou les robots-taxis, ou encore donner une seconde vie aux batteries issues de véhicules électriques pour permettre notamment le stockage d’électricité d’origine renouvelable.

_______________________________________
Légende photo : Espace 4 – 53 kg de plastique recyclé

Tags: économie circulaire greenstories