par Groupe Renault - Design

Interview : Renault Design América Latina au cœur des tendances du Mercosur

En prélude du Salon de São Paulo qui ouvrira ses portes au public du 24 octobre au 4 novembre, nous vous proposons l'interview de Massimo Barbieri, actuel directeur de Renault Design América Latina (RDAL), et Vincent Pedretti, directeur de RDAL de 2008 à 2011. Vous saurez tout sur l'équipe, ses inspirations et ses travaux tant en matière de concept-cars que de véhicules de série.

Massimo Barbieri (à gauche) et Vincent Pedretti (à droite)

Le centre de design Renault Design América Latina (RDAL) a été inauguré en 2008 avec pour objectif "d’injecter dans les projets de Renault de l’ADN latino-américain".  Comment définiriez-vous l’ADN latino-américain ?

Au-delà de l’aspect économique, l’Amérique Latine a une attitude différente de l’Europe et du reste du monde vis-à-vis de l’automobile. Ce sont des rapports plus émotionnels, plus francs, et aussi plus "jeunes" dans un certain sens. Notre travail consiste à orienter nos voitures vers ces aspirations de manière plus marquée, plus franche… c’est ce petit « plus » qui définit le mieux l’ADN latino-américain… plus de punch, plus de sensualité, plus de valeur… et donc plus d’émotion au final.

Quelque part le mot « Latino-Américain » est la clé de lecture de ce marché qui cherche un équilibre entre les influences "consuméristes" américaines et "l’élégance décadente" de la vieille Europe. Cela créé un environnement propice pour tester de nouveaux concepts.

Quelles ont été vos principales réalisations ? Celles dont vous êtes les plus fiers ?

Chaque année, RDAL travaille en moyenne sur une vingtaine de projets de plus ou moins grande envergure… soit plus d’une centaine depuis la création du centre ! Les principaux projets auront été les développements 100 % locaux comme Sandero et Stepway phase 2, Clio et la planche de bord des Sandero et Logan pour la Colombie. Si chaque projet a son importance et qu’en général le petit denier a une saveur toute particulière, le projet dont l’équipe aura sans doute été la plus fière est Lodgy… Ce fut le premier véritable projet où nous étions en concurrence avec les autres centres de Design du groupe et c’est notre proposition qui a été retenue au final… Cela a été pour nous le signe que nous étions 100 % opérationnels et nous en étions tous très fiers.

La collection 2013 des modèles Sandero, Sandero Stepway et Logan, tous revus par Renault Design América Latina et fabriqués à l'usine de Curitiba

Vous avez conçu deux concept-cars : Sand’Up en 2008 et Sandero Stepway Concept en 2010. Quels étaient les objectifs de ces concept-cars ? Avez-vous d’autres projets de ce type ?

Au-delà du pur exercice de style, Sand’Up a été pour nous un véritable laboratoire nous permettant de tester d’entrée de jeu notre perception du marché et les réponses que nous pouvions y apporter. En ce sens, de nombreux détails et finitions se sont retrouvés par la suite sur les Sandero et Stepway phase 2. D’un point de vue communication et produit, le message était très clair au salon de São Paulo en 2008 : Renault et Renault Design sont là et vont développer des produits locaux répondant aux attentes spécifiques du marché latino-américain.

Sandero Stepway Concept est un objet visant à tester l’idée d’une voiture plus orientée vers un public féminin dans un environnement traditionnellement viril. Une approche déjà éprouvée en Europe par Renault mais encore inconnue de ce côté du monde. Les retours que nous avons eus ont été très encourageants. Depuis nous travaillons sur une stratégie qui vise à renforcer la marque tout en créant un lien entre concept et produit de série. Nous envisageons d’élargir la présentation de show-cars en Argentine, deuxième marché d’Amérique latine, dépassant ainsi les frontières du Brésil.

Sand'Up Concept (2008)

Sandero Stepway Concept (2010)

Vous avez adapté plusieurs véhicules à l’Amérique Latine ces deux dernières années dont Sandero Phase 2, Sandero Stepway Phase 2 et Duster. Quelles étaient les spécificités de ces projets ?

Du fait de leur plateforme commune avec les véhicules Dacia, ces projets sont arrivés en Amérique latine avec une part de génétique "entrée de gamme" et des solutions techniques, économiques et design qui ne correspondaient pas au contexte très concurrentiel du marché local où l’aspect coût, bien que fondamental, n’est pas le seul critère d’achat. L’enjeu a donc consisté à réinjecter de la valeur et de l’émotionnel tout en restant dans une équation économique très contrainte.

Renault Duster a bénéficié d'un retravail spécifique pour le marché brésilien

La Clio qui sera bientôt commercialisée au Brésil et en Argentine, est présentée au Salon automobile de São Paulo. Quelle a été la nature des adaptations que vous avez réalisées ?

Clio pour l’Amérique latine est un véritable projet de phase 2 dite "lourde" à part entière. Le périmètre d’intervention extérieur comprend le bouclier avant, phares, feux, calandre, capot, porte de coffre et roues. Pour l’intérieur, les panneaux de portes ont été redessinés d’une seule pièce, ce qui constitue un petit exploit technique en soit, ainsi que la console centrale et les compteurs. A titre de comparaison, le périmètre design impacté est supérieur à celui d’une Twingo phase 2 par exemple.

La Renault Clio destinée au marché brésilien est le premier modèle a adopter la nouvelle face avant de la marque sur ce continent

Comment êtes-vous organisés ? Avec quelles directions travaillez-vous principalement ? A quel moment et comment prenez-vous en charge les projets ?

Tout d’abord, il est important de rappeler que RDAL a la responsabilité de toute l’Amérique Latine et que donc nos interlocuteurs ne sont pas seulement au Brésil mais également en Argentine, en Colombie etc. Concernant nos projets, en règle générale nous travaillons sur ceux dont Renault Technologies América (RTA) a la charge. RTA est l’ingéniérie régionale basée à Curitiba, qui prend en compte les spécificités techniques des marchés latino-américains. Trois personnes de RDAL sont d’ailleurs basées à RTA à Curitiba (le pilotage plan de forme et la qualité perçue Design). Tous les événements importants concernant le Design ont cependant lieu au RDAL à São Paulo, au cœur des tendances et de son bouillonnement.

Avec l’internationalisation de Renault, nous concourrons également pour des projets internationaux, pour des véhicules qui seront commercialisés hors Amérique Latine. Le lien avec la France est assuré par les Directeurs de gamme Design. Séries limitées et millésime pour le marché local sont toujours à notre charge.

RDAL réunit 14 experts de nationalités différentes, essentiellement latino-américaines (brésiliens, argentins, colombiens et français). Comment s’organise ce riche melting pot ?  Ce melting pot fonctionne également quand il s’agit de football ?

Aujourd’hui RDAL compte en effet 14 personnes, plus qu’une équipe de football. Avec cette équipe, RDAL a la charge du design extérieur, des couleurs et matières, de la qualité perçue, du pilotage plan de forme et de la gestion du projet. Nous sommes probablement le seul studio Design satellite à avoir adopté la langue locale (le portugais) comme langue officielle de travail, cela est sans aucun doute un liant important. La variété des nationalités, des expertises et des métiers fait la force et la richesse de notre centre. RDAL réunit un palmarès de 12 coupes du monde, nous attendons avec impatience 2014 ! Croisons les doigts !

Quel est le profil, la formation et l’expérience des designers de RDAL ?

L’équipe Design est formée de Designers aux profils très variés, du junior au sénior, ayant des expériences professionnelles comprises entre 1 et 15 ans. Les Designers sont pour la plupart diplômés d’écoles de design brésiliennes, mais nous avons un cas atypique ayant une formation d’ingénieur. La moitié d’entre eux a déjà travaillé chez un autre constructeur automobile au Brésil (Fiat, Ford ou GM).

Où puisez-vous votre inspiration créative de designers ? Dans l’art ? La mode ? La concurrence ?

Le Design Renault a la particularité d’avoir développé, depuis longtemps, une culture du Design outrepassant les frontières du Design automobile. Le salon du meuble de Milan, la biennale de Venise et d’autres événements d’importance internationale font partie d’un "parcours de formation" qui maintient notre curiosité en éveil. La mode reste, par exemple, une source très importante d’inspiration pour les Designers Couleurs et Matières.

RDAL est situé dans l’élégante avenue Gabriel Monteiro da Silva, au cœur du quartier des « Jardins » de São Paulo, où se trouvent les boutiques de meubles, d’art et de décoration les plus chics d’Amérique Latine. Est-ce également source d’inspiration et de créativité ?

RDAL est en effet au cœur de São Paulo, dans une adresse prestigieuse : l’avenue Gabriel Monteiro da Silva, vitrine du Design européen. C’est en effet pour nous une source d’inspiration. Mais il existe également des quartiers limitrophes, comme par exemple Vila Madalena, qui aujourd’hui sont en pleine effervescence et incarnent le renouveau du Design et de l’art brésilien. Pour la petite histoire, ce quartier faisait partie de la zone dans laquelle en 2007 le Design cherchait à implanter son nouveau centre pour l’Amérique Latine. Ce qui est fondamental pour nous est de se trouver au centre de São Paulo et non pas dans la périphérie comme certains de nos concurrents. C’est une stratégie pour maintenir la créativité et également pour capter et conserver nos jeunes talents.

Tags: amériques clio design mercosur renault sandero