par Groupe Renault - Patrimoine

La saga Clio : 22 ans "comme une grande"

Depuis 1990, année de lancement de la première génération de Clio, le succès de la « petite » ne s’est jamais démenti. Une saga de 22 ans et de plus de 11 millions d’exemplaires. La recette de la réussite ? Son confort, sa polyvalence, sa sécurité, sa qualité de fabrication mais aussi son niveau d’équipement qui la placent à l’avant-garde de son segment. Bref, Clio n’a cessé d’imposer aux petites voitures les standards des « grandes ».

En 1990, Clio vient succéder à la très populaire Renault 5 dans le segment des petites voitures, mais avec un positionnement plus haut de gamme que celle-ci. Elle bénéficie notamment de l’expérience de la Renault 19. Son aérodynamisme, son habitabilité généreuse dans seulement 3,71 m, ses moteurs récents, ou encore son comportement de routière, lui donnent d’entrée les attributs d’une « grande ». Son design séduit et les récompenses ne se font pas attendre, à commencer par le titre très convoité de « voiture de l’année 1991 ». Un beau certificat pour affronter la rude concurrence des Peugeot 205, Citroën AX, Fiat Uno, Opel Corsa et autres Ford Fiesta…

Publicité pour la Renault Clio en 1993

Clio devient très vite une référence dans sa catégorie. En version RT 1.7, elle offre en série des équipements tels que la condamnation à distance des portes et hayon, les lève-vitres AV électrique, le réglage en hauteur des ceintures de sécurité AV et, en option, l’ABS. Aux versions RL, RN et RT viennent s’ajouter les plus sportives Clio S, Clio 16V (1991) ou Clio Williams 2.0 16 soupapes (1993), les séries Be-Bop ou Chipie.

Clio Williams, une référence pour les amateurs de sensations fortes !

Clio Baccara (1991) accède définitivement au statut de « grande » avec des équipements de série jamais vus sur ce segment : sièges en cuir bi-ton, pommeau de vitesse en ronce de noyer, siège conducteur réglable en hauteur avec réglage lombaire, air conditionné, satellite radio sous volant, direction assistée… on est résolument dans le haut de gamme. Osée, la Clio « premium » ? Que dire alors de la version électrique, qui en 1995 déjà vient insuffler « une nouvelle idée de l’automobile »… Quelque 50 Clio électriques furent expérimentées en libre service sur la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines (France) dans le cadre du très avant-gardiste programme « Praxitèle », en 1997. Une audace payante : en 1998, près de 4 millions d’exemplaires de Clio ont été fabriqués dans 7 pays.

Renault Clio Baccarat

Renault Clio "Praxitèle"

En 1998, Clio II prend le relais avec un objectif : avoir « plus encore, tout d’une grande », avec seulement 6 cm de plus en longueur que Clio I… Elle met la sécurité à la portée de tous, avec notamment un ABS et les nouveaux airbags SRP conducteur et passager de série sur toutes les versions, ainsi que des airbags latéraux. Question confort, toutes les Clio II disposent de la direction assistée de série. Au niveau des motorisations, aux trois moteurs essence 1.2, 1.4 et 1.6 s’ajoute un 1.9 l Diesel. Toutes apportent un progrès en matière de consommation, d’émissions de CO2 (elles satisfont aux normes Euro 3), ainsi qu’un gain d’agrément.

En 2000, les sportifs sont comblés. Renault Sport fait coup double. Clio 2.0 16V Renault Sport ensorcelle par les performances de son moteur de 172 chevaux et l’efficacité de son comportement routier. Quelques mois plus tard, c’est Clio V6 24V qui fait tourner les têtes avec sa plastique dévastatrice et son décoiffant V6 de 230 chevaux en position centrale arrière. Et en propulsion, s’il vous plaît.

En 2001, après plus de 1,9 million d’exemplaires produits, Clio II fait l’objet d’un profond restylage : le design se fait plus dynamique, l’ambiance intérieure encore plus qualitative. Elle inaugure également la nouvelle famille de moteurs K9K turbo diesel 1.5 dCi Common Rail. Autres nouveautés : l’assistance au freinage d’urgence, les projecteurs double optique, les prétensionneurs de ceinture de sécurité, la climatisation régulée, les capteurs de pluie et de luminosité…

Clio III entre en scène en 2005, tandis que Clio II continue sa belle carrière commerciale sous le nom de Clio Campus. Plus grande (3,99 m) et encore plus habitable (5 places confortables) que celle-ci, lumineuse avec la plus grande surface vitrée du segment, remarquablement insonorisée, Clio III mise sur le confort des occupants. Elle est aussi la première de son segment à recevoir la carte « mains libres », et selon le niveau d’équipement, elle dispose également du radar de recul et de la climatisation régulée.

Elle met aussi l’accent sur le plaisir de conduite : avec des trains roulants dérivés de Mégane II, elle offre un rapport confort/tenue de route de très haut niveau. Des qualités dynamiques mises en valeur par les six motorisations : trois essence et trois Diesel. En 2007, elle accueille le TCe 100, premier moteur downsizé du segment. En termes de sécurité, Clio III a tout simplement obtenu l’excellence : première de sa catégorie à décrocher 5 étoiles au crash-tests Euro NCAP, elle est équipée d’un freinage exceptionnel (ABS avec répartiteur de freinage et assistance au freinage d’urgence), et peut recevoir un système de contrôle dynamique de conduite (ESP). Ainsi dotée, elle se voit gratifiée d’un second titre de voiture de l’année (Car Of The Year) en 2006 – un doublé unique !

En 2006, Clio Renault Sport fait son apparition sur le bitume, et sera unanimement reconnue comme une sportive d’exception. Pour ses 18 ans, en 2008, Clio s’offre sa première version Estate, tandis que la navigation intégrée Carminat TomTom apparaîtra lors de sa phase 2…

I, II, III... et en 2012 s'ouvre un nouveau chapitre avec l'arrivée de Nouvelle Clio, forte d'un design simple et sensuel. Très attendue de tous, on sait déjà qu’avec une telle ascendance, elle a de qui tenir !

Tags: clio histoire renault saga