par Groupe Renault - Patrimoine

La saga Dacia #1 : 1965-1999, une marque roumaine

Il ne vous a pas échappé que la gamme Dacia est en plein renouvellement, pour le plaisir des yeux comme du porte-monnaie. En l'espace de quelques mois, Lodgy et Dokker ont fait leur apparition suivis de près par Nouvelles Sandero, Sandero Stepway et Logan. Une dynamique qui devrait accélérer plus encore le succès de la marque. D'ailleurs, si nous prenions le temps de retracer son histoire

? Dans ce premier billet, évoquons les 35 années qui ont précédé l'arrivée de Logan...

En 1965, Nicolae Ceausescu accède au pouvoir en Roumanie. Il souhaite montrer la puissance économique de la république socialiste qu’il vient d’instituer. Il décide alors de lancer la construction d’une voiture populaire nommée Dacia (étymologiquement, le nom vient de Dacie, territoire qui correspond à l’actuelle Roumanie dans l’antiquité).

Le cahier des charges stipule la production d’une automobile de gamme moyenne, équipée d’un moteur de 1 000 à 1300 cm3, à la production annuelle de 50 000 unités. La culture automobile roumaine étant, à l’époque, insuffisante pour partir d’une feuille blanche, la décision est prise de la fabriquer sous licence. Plusieurs constructeurs sont approchés, dont Renault qui, appuyé par le gouvernement français, remporte l’appel d’offre avec un véhicule encore au stade de prototype : la Renault 12.

Tout débute avec la "R8 roumaine", la Dacia 1100

La production de la Renault 12 ne doit commencer en France qu’au cours du second semestre 1969. Aussi en attendant, la marque au losange donne son aval pour monter un autre modèle : la R8. Elle sera assemblée à l’usine de Pitesti, une usine construite en un temps record : 18 mois. La première voiture produite est contrôlée le 3 août 1968 et l’usine inaugurée... le 20 août de cette même année. La production de la R8 « roumanisée » baptisée Dacia 1100 a commencé.

La production de cette voiture de 1100 cm3, selon le contrat de licence, consiste en fait à assembler et peindre la carrosserie initialement fabriquée en France. Tous les éléments sont importés. Comparée à la R8 française, la Dacia 1100 ne montre aucune modification, hormis une baguette en chrome sur la calandre, sur laquelle apparaissent la marque et le type du véhicule, ainsi qu’un bandeau sur le capot moteur arrière, reprenant la marque.  Ce modèle, jusqu’à la fin de la production survenue à la fin de l’année 1971, a été fabriqué au total à 37 546 exemplaires.

Pour l'anecdote : un autre modèle a été produit à 642 exemplaires quelques années plus tard (de 1975 à 1978) avec des pièces importées de France dans leur totalité : l’Estafette.

Les Dacia 1300/1310 : les modèles phares de Dacia

L’assemblage de la 1300, la Renault 12 roumaine, débute en août 1969. Une longue vie commence alors pour ce modèle qui connait 7 restylages et de nombreux dérivés utilitaires : d’août 1969 à juillet 2004, près de 2 millions de Dacia 1300 sont fabriquées à l’usine de Pitesti. Ses caractéristiques techniques à ses débuts : 4 portes, 5 places, moteur avant longitudinal, 1298 cm3, 54 ch., vitesse maxi : 144 km/h.

En 1970, la 1300 est proposée en plusieurs versions : la 1300 Standard, puis la 1300 Super et une version plus particulièrement destinée aux apparatchiks du Parti Communiste roumain : la 1301 (en fait une R12 TS française). De son côté, la version break entre en production en 1973.

Dacia 1300 sous sa dernière forme

Deux nouvelles motorisations feront leur apparition : un 1185 cm3 de 48 ch. et un 1397 cm3 développant 63 ch ainsi qu’une boite 5 vitesses. Le dernier restylage de la face avant sera opéré en 1999.

Dacia 1300 pick up

La Dacia 1300 connaîtra plusieurs déclinaisons : la Dacia 1320, un dérivé à hayon et 5 portes produit de 1987 à 1990 (la plupart seront utilisées comme taxi) ou encore des dérivés utilitaires (du pick-up avec ou sans bâche, lancé en 1975 à la version pick-up double cabine, en 4x2 et 4x4).

Des modèles de plus petite série voient également le jour. La Dacia 2000, réservée aux membres de la nomenklatura, c’est la Renault 20, commercialisée en France de 1976 à 1984. La Dacia 500 ou "Lastun", petit véhicule urbain à la carrosserie en fibre de verre, elle est produite en quantité limitée dans les années 80. Elle s’arrête définitivement en 1989, conséquence d’un niveau de qualité jamais vraiment satisfaisant.

Les derniers modèles

Dacia Nova

Dacia Nova  : première voiture conçue par les ingénieurs de Pitesti à la silhouette proche de la Renault 9, la Dacia Nova est lancée en 1996. La Dacia Supernova apparaît en 2000 : elle hérite de l’ensemble moteur/boite de la Clio 1.4.

Dacia Solenza

Pour finir, la Dacia Solenza est un véhicule de transition. Lancée début 2003, c’est une Supernova restylée. L’équipement est en net progrès avec des vitres électriques, le verrouillage centralisé, l’ABS, la climatisation. Il s’agit surtout d’un projet école qui permet de préparer tout le système industriel de Logan. En mars 2005, après 79 209 exemplaires écoulés en moins de deux ans, sa production est arrêtée, car Logan arrive...

Tags: automobile dacia histoire logan pitesti roumanie saga