par Groupe Renault - Entreprise

L'Alliance Renault-Nissan a 14 ans

L'Alliance Renault-Nissan fête aujourd'hui ses 14 ans, puisque c'est en 1999 que le PDG de Renault de l'époque, Louis Schweitzer, signe son acte de naissance. L'occasion pour nous de revenir sur les temps forts et les succès de ce partenariat hors du commun dans le monde automobile. Le moment aussi d'évoquer ce qui fait la force de cette stratégie gagnant-gagnant, première du genre entre une société française et une société japonaise, ainsi que ses grands projets à venir, comme l'expansion de Renault en Chine.

mardrus-convention

L’Alliance est un de nos meilleurs atouts dans le monde automobile aujourd’hui. Nous sommes en 2012 le 4ème groupe mondial avec plus de 8 millions de véhicules vendus et dans notre industrie, la taille et les effets d’échelle sont décisifs. L’Alliance Renault-Nissan s’inscrit dans la durée et s’est renforcée année après année. En 2012, elle a généré plus de 2,6 milliards d’euros de synergies, un record à ce jour !

Ces synergies ont permis à Renault d’économiser 1,2 milliards d’euros en 2012, et ce dans pratiquement tous les secteurs de l’entreprise. Il s'agit là de montants d’économies réelles, validés et vérifiés, impactant directement le résultat de Renault.

Aujourd'hui, 67 milliards d'euros d'achats, soit 100 % des achats de l'Alliance, sont faits par notre entité commune RNPO. Cela permet à Renault de bénéficier de l’effet volume apporté par Nissan dans les négociations avec les fournisseurs et les gains générés sont parmi les plus grosses sources d'économies de l'Alliance. Au-delà des achats, la logistique, les douanes, l'informatique, le développement des moteurs, sont des activités partagées au sein de l’Alliance.

Mais l'Alliance ne se réduit pas à des coopérations permettant de réduire les coûts, elle permet aussi de développer notre activité et les ventes. Ainsi le contrat signé avec Danone en 2012 pour la vente de 15 000 véhicules n’aurait pas été obtenu sans une offre globale Renault et Nissan.

L’Alliance permet aussi de pouvoir signer des partenariats stratégiques comme celui avec Daimler en 2010. Aujourd'hui, 3 ans après la signature du partenariat stratégique, nous pouvons mesurer les premiers résultats concrets : Maubeuge a déjà livré 14 000 Citan à Daimler en 2012, et en prévoit 40 000 en 2013 ; ou le moteur K9, produit en Espagne, qui équipe les nouvelles Classe A, et dont la demande est déjà bien supérieure à nos prévisions. Au-delà de ces premières réalisations, une dizaine d’autres projets sont en cours pour Renault avec Daimler.

mardrus-chennai

Avec l'Alliance, Renault peut se développer plus vite à l’international: en Inde, Renault s’appuie sur l’usine commune de Chennai et a pu lancer sur le marché en moins d’un an 5 véhicules, dont le Duster avec le spectaculaire succès commercial que l’on connaît. En Chine, grâce à l’accord signé en 2003 entre Dong Feng et l’Alliance, Renault va pouvoir accéder à ce marché et se développer rapidement avec le support de Nissan. En bref, l'Alliance est un atout pour Renault à l'international, là où se trouve aujourd’hui la croissance.

On parle souvent des stratégies de plateformes communes chez nos concurrents, comme celles de Volkswagen. Elles existent également au sein de l'Alliance avec le projet CMF (Common Module Family). Le programme CMF (Common Module Family) a pour objectif de partager un maximum de pièces non visibles par le client entre Renault et Nissan et ainsi de profiter de l’effet volume auprès de nos fournisseurs. Ce programme s’appuie sur la mise en commun de modules et de composants s’appliquant à différents modèles et à différents GMP (groupes motopropulseurs). Cette démarche est engagée depuis 2009, en commençant par CMF1 sur les segments C et D, et poursuivi par CMF2 sur le segment B. Avec CMF 1, 50 % des pièces sont partagées entre Renault et Nissan, cela nous a permis de réduire de 25% le coût d’achat des pièces et de 40% le ticket d’entrée. Les premiers véhicules CMF1 seront mis sur le marché en 2014. En ce qui concerne le powertrain, le partage des moteurs et boîtes est déjà bien avancé avec 60% des moteurs développés en commun ou partagés, et 80% pour les transmissions.

Beaucoup en France critiquent  le fait que l'Alliance bénéficie surtout à Nissan. Pourtant, comme je viens de l’expliquer, les relations au sein de l’Alliance sont équilibrées. Tout d’abord aucune décision ne peut être prise au détriment de l’un des deux partenaires et donc chacun bénéficie des actions au sein de l’Alliance. Les synergies sont globalement équilibrées et contribuent également au profit de Renault et au profit de Nissan. Il faut toujours se méfier des perceptions, la dernière enquête Alliance montre que la grande majorité des Renault pense que l’Alliance bénéficie à Nissan… et la grande majorité des Nissan pense que l’Alliance bénéficie à Renault. Ceci prouve que nous devons encore progresser dans la Communication et l’explication de ce que nous réalisons ensemble.

Depuis 1999, l’Alliance a déjà fortement évolué. Mais faire mieux ne suffit pas, il faut faire mieux que nos concurrents qui s’appellent aujourd’hui Volkswagen, Toyota, et Hyundai-Kia… Nous devons donc aller chercher tout le potentiel de synergies et de coopération afin de permettre à chacune de nos deux entreprises d’être plus performantes. Ainsi que le Président l’a rappelé lors de la Convention de l’Alliance en Septembre 2012, l’Alliance doit être un « turbo pour maximiser la performance de Renault et de Nissan ».

mardrus-chennai-cars

Tags: 14 ans alliance anniversaire mardrus nissan renault