par Caroline De Beaumont - Entreprise

Les métiers du commerce recrutent, des opportunités à saisir

Renault a annoncé le recrutement de 1 000 collaborateurs en 2016. Thierry Koskas, directeur commercial du Groupe, nous donne sa vision de l’évolution des métiers commerciaux.

La direction commerciale du Groupe Renault va recruter cette année, pouvez-vous nous en dire plus sur les postes à pourvoir ?

Nous offrons une grande variété de postes dans les 3 grands métiers du commerce :
Tout d’abord, les ventes qui proposent des postes comme vendeurs en succursale, responsables d’animation du réseau de concessionnaires, responsables des ventes à entreprise ou des méthodes de ventes.
Ensuite, le marketing, qui regroupe des activités aussi diverses que le produit, la publicité, le pricing, les prévisions de vente et la distribution et de plus en plus le digital.
Et, enfin l’après-vente, "business unit" essentielle du Groupe qui couvre l’ensemble du spectre relatif aux pièces de rechange, depuis la conception, l’achat, jusqu’à la logistique et la commercialisation.

vendeur

Plus précisément, quels profils et compétences recherchez-vous ?

Ce qui caractérise les profils au commerce, c’est justement leur grande diversité, tant en termes de niveau d’étude que de domaines de competences. Je suis moi-même ingénieur ! Il y a en effet dans les activités du commerce automobile des domaines très pointus qui demandent une compétence technique, comme par exemple le pricing, le marketing digital ou la distribution. Des « backgrounds » commerce, finance ou ingénieur nous intéressent donc, mais avec malgré tout une condition commune à tous : avoir le sens du client et des relations humaines. C’est une caractéristique majeure de notre métier et même si l’on commence par des activités très techniques, nous encourageons les jeunes embauchés à aller un jour « sur le terrain », c’est-à-dire au contact des clients.

 

Quels principaux « challenges » le Groupe Renault va-t-il relever dans les prochaines années ? Et en particulier au commerce ?

Nous devons faire face, dans la partie commerciale, à 4 grands défis.
D’abord l’internationalisation : la progression de notre groupe dépend de notre réussite dans des pays tels que la Chine, l’Inde, l’Iran, le Brésil ou la Russie. Bien sûr, l’Europe constitue toujours une base solide du Groupe mais la conquête de nouveaux clients se fera sur les « nouveaux marchés » que j’ai cités.

Ensuite le digital qui « envahit » notre métier : nous passons de la publicité traditionnelle à la télévision à des achats ciblés et instantanés d’espaces digitaux. L’image de marque se construit sur les réseaux sociaux et les clients visitent de moins en moins les concessions et recherchent le véhicule dont ils ont besoin sur internet. Demain, tous les véhicules seront connectés et notre relation avec le client sera permanente.

Le produit automobile devient de plus en plus complexe et c’est un véritable défi, pour nos vendeurs et nos spécialistes de l’après-vente. La voiture d’aujourd’hui est incroyablement sophistiquée et ce n’est pas terminé : la voiture autonome se profile rapidement et ce sera, sans nul doute, un nouveau défi pour les équipes commerciales.

Enfin, dernier défi, la consommation automobile devient de plus en plus diverse. Nous sommes en train de passer d’une logique de possession à une logique d’usage. C’est un défi pour le monde commercial car de nouveaux acteurs apparaissent, avec lesquels nous devons apprendre à travailler. Les attentes des clients évoluent, notamment les jeunes. Nous sommes à l’aube d’une révolution dans la distribution automobile.

AutonomeCar

Quelles sont les perspectives offertes par le Groupe Renault  et par la fonction commerciale à un futur embauché en termes d’évolution et d’enrichissement professionnel?

Le commerce est, avec la conception et la fabrication, un des 3 grands métiers de notre industrie. Les perspectives offertes sont donc immenses : d’abord au sein de la fonction commerce, où il est possible d’occuper des fonctions pointues, mais aussi de se confronter avec les clients sur le terrain. Cette possibilité d’alterner entre « métiers » du commerce et postes où il est possible de les mettre en application, très concrètement, est propre à notre secteur.

La fonction commerce offre aussi la possibilité de beaucoup voyager, sur les 5 continents, si on en a le souhait et les capacités.

Enfin, le commerce n’est pas un silo et il est possible, venant du commerce, de faire beaucoup de choses au sein du Groupe et d’aller dans des métiers très différents : j’ai ainsi pu diriger le développement des modèles électriques de Renault, « bien que » venant de la famille commerciale.

Quel message souhaiteriez-vous adresser à un futur candidat ?

D’oublier toutes les idées reçues sur l’automobile et de venir nous voir ! Il n’y a pas de secteur d’activité plus passionnant : un produit hyper technologique qui fait partie de notre vie quotidienne et qui l’impacte profondément, une entreprise mondiale où il est possible de découvrir des pays et des cultures, un métier commercial qui conjugue une grande sophistication technique et l’importance vitale des relations humaines. Enfin, Renault est aussi, dans son domaine, une entreprise spéciale, par sa culture d’entreprise forte, son ouverture, les perspectives qu’elle offre et sa capacité à s’intégrer dans chaque pays où elle est présente et à nouer des partenariats réussis, comme avec Nissan au sein de l’Alliance.

 

Retrouvez nos offres d'emploi en cliquant ici.

Découvrez-en davantage sur les métiers du commerce dans la vidéo suivante :

Tags: commerce commercial embauches recrutement RH