par Valérie Calloch - Entreprise

L’usine de Palencia, de père en fils.

Si Palencia est un véritable fleuron de l’industrie espagnole, c’est grâce aux nombreux collaborateurs qui font la force du site depuis des années. A l’occasion de ses 120 ans, Renault revient sur le récit de ces hommes qui ont contribué au succès de l’usine.

Ils ont fait carrière et témoignent avec fierté

Fernando Pastor père entre en 1980 à l’usine. Aujourd’hui, il supervise les modifications de pièces pour Megane. Fernando Pastor fils démarre en 2001. Il est aujourd’hui responsable de l’équipe chargée de l’évaluation dynamique et statique des véhicules.

Juan Antonio Moral González, Fernando Pastor Père, Fernando Pastor Fils ou encore Bernard Vernier-Palliez. Qui sont ces hommes et quel a été leur rôle dans le développement de l’usine de Palencia ? Chacun à leur manière, ils ont contribué à en faire un site prêt à devenir une usine du futur.

Celui-ci a vu le jour en grande partie grâce à Bernard Vernier-Palliez. En 1976, alors PDG de Renault, il a perçu le potentiel de Palencia dans une région encore agricole à l’époque. L’usine a alors su relever le challenge industriel tout en répondant aux besoins des habitants.

Juan Antonio Moral González, nommé PDG de FASA en 1992 (Fabrication d’Automobiles Société Anonyme, devenue filiale Renault), y a fait l’intégralité de sa carrière jusqu’en 2000, date à laquelle il a pris sa retraite.

« Après quarante ans au service de Renault en Espagne, je me rappelle encore de ce jour de juin 1976 qui a marqué un vrai tournant pour notre pays et l’histoire de Renault… »

Une histoire de famille

Dans la Famille Pastor, travailler sur le site de Palencia est une histoire de générations. Fernando y œuvre depuis 1979.

« A l’époque, la nouvelle de l’ouverture de l’usine de Palencia était dans tous les journaux. J’y ai vu une occasion exceptionnelle de faire partie d’un grand groupe international ».

A l’ouverture de l’usine, la cadence était de 240 véhicules jours, et la R12 y était notamment fabriquée. Aujourd’hui, plus de 1300 voitures par jour sortent des chaînes de production de Palencia.

Des années plus tard, son fils, Fernando également, le rejoint.

« Mon projet de vie consistait entre autres à rester vivre à Palencia, et l’usine apportait de la stabilité professionnelle ».

De l’utilisation de la platine – ce guide qui facilite le montage des pièces du véhicule sur la chaîne - à la transformation des flux logistiques, Père et Fils ont pu vivre les différentes transformations qui ont accompagné l’usine. Et ce ne sont pas les dernières ! L’usine est au centre du projet Usine du Futur, dans laquelle le client est protagoniste d’une production connectée, agile et compétitive.

« Palencia est prête à assumer tous les changements par lesquels passe l’industrie automobile », concluent-ils.

Tags: 120ans Manufacturing