par Emmanuel GENTY - Innovation

Mobilité de demain : le Groupe Renault s'associe à la Région Ile-de-France

Quel voyageur francilien n’a pas rêvé de gagner du temps, d’économiser de l’argent et de moins galérer lors de ses déplacements ? Comment faire les meilleurs choix pour son trajet, en combinant moyens de locomotion personnels avec des sections de transports publics ? Quels outils numériques permettront d’offrir le meilleur service ? Dans le cadre du projet m2i, le Groupe Renault apporte son expertise pour construire une mobilité efficace et équitable en Ile-de-France.

Il n’existe pas encore de moyen de transport universel, ce qui oblige les voyageurs franciliens à très souvent combiner plusieurs modes pour leurs déplacements personnels et professionnels : marche à pied, vélo, métro, bus, RER, voiture personnelle, taxi, VTC, etc. Si le développement des services partagés est au cœur du futur de la mobilité, celui-ci ne se fera pas sans tenir compte des autres modes de transport.

Cet enjeu est celui du projet m2i (« mobilité intégrée Ile-de-France »), initié par IDF Mobilité et Transdev, en partenariat avec de nombreux partenaires privés et académiques, dont le Groupe Renault. Les différents acteurs de ce projet affichent ainsi pour objectif de développer de nouveaux outils intégrant l’ensemble de l’offre de mobilité publique et privée, afin de faciliter et fluidifier les déplacements en Ile-de-France et de réinventer l’expérience utilisateur.

Développer des outils pour tous les acteurs de la mobilité

Le projet m2i devra concilier les attentes individuelles des voyageurs – essentiellement se déplacer rapidement au moindre coût – avec les enjeux d’intérêt général comme assurer l’accessibilité des territoires, optimiser le trafic en augmentant la part des trajets réalisés en véhicule partagé et maîtriser les dépenses.

Tous les acteurs de la mobilité sont visés par les solutions numériques devant être développées d’ici 2020 :

  • Les autorités publiques à travers un observatoire numérique permettant de connaître, évaluer et planifier tous les déplacements.
  • Les opérateurs de mobilité grâce à un outil de gestion avancée des réseaux de transport.
  • Les passagers grâce à un navigateur multimodal qui proposera un bouquet de solutions de trajets basées sur des donnés à la fois prédictives et en temps réel.

La voiture connectée au centre des attentions du Groupe Renault

Rien de plus logique à ce que le Groupe Renault compte parmi les partenaires de ce projet mi2, d’autant qu’il travaille déjà avec Transdev sur des expérimentations de services de mobilité à la demande en voiture autonome comme dans le cadre du Rouen Normandy Autonomous Lab. Sur le plan de l’autopartage et du covoiturage, des services comme Renault Mobility, conçus pour répondre aux besoins des particuliers, des entreprises, mais aussi du secteur public et territorial, sont actuellement en cours de déploiement.

Le rôle du Groupe Renault dans le projet mi2 consiste à co-définir et développer les solutions techniques qui permettront de faire communiquer les voitures connectées avec l’application et la plateforme qui seront utilisées respectivement par les utilisateurs et les opérateurs des futurs services de mobilité proposés. Ce qui permettra notamment de disposer de données en temps réel pour améliorer les résultats proposés aux voyageurs. De nouvelles possibilités de services apparaîtront également grâce à la collaboration avec d’autres écosystèmes connectés.

Dans l’autre sens, le Groupe Renault pourra mettre à profit cette expérience pour développer certains aspects techniques et commerciaux de ses futurs services de robots-véhicules à la demande. Rappelons que le Groupe Renault ambitionne de lancer de tels services commerciaux -en collaboration avec l'Alliance- d'ici la fin de son plan stratégique Drive The Future 2017-2022.

Tags: innovation Mobilité voiture connectée