par Groupe Renault - Véhicules

MOCA : Yves Dubreil revient sur les origines de Twizy

Chose promise, chose due. Notre grand vainqueur du jeu "voiture Renault de l'été" n'est autre que le bi-place électrique, Renault Twizy. Nous vous avions promis un billet de blog dédié à notre petit ORNI (objet roulant non identifié). Retour sur ses origines (à l'époque où ses concepteurs le nommaient encore "MOCA"), avec l'un de ses "papas", Yves Dubreil, ancien directeur adjoint de la DREAM - Direction de la recherche, des études avancées et des matériaux.

Cahier des charges "électrique"

C'est en 2006 que Carlos Ghosn, fraîchement nommé PDG de Renault, met en place un groupe transverse, dont fait partie Yves Dubreil, composé d'une douzaine de personnes d'horizons divers et variés, et emmené par Laurent Fofana. Sa mission : trouver une nouvelle "poche d'affaires". Autrement dit, LA bonne idée pour augmenter le chiffre d'affaires du Groupe.

Le cahier des charges s'oriente très vite vers un véhicule tout électrique, accessible à tous -donc abordable, à mi-chemin entre le cyclomoteur et la voiture. Son nom de code en interne : MOCA, pour "motorcycle" "car". Une tentative avait été avortée, peu de temps avant, chez BMW sur le même type de projet...

Les étapes du projet

L'équipe se réorganise au sein d'un Laboratoire Coopératif d'Innovation. Première étape, une journée de brainstorming en studio à Barcelone, où l'on teste toutes les configurations de maquettes possibles : 2, 3... 4 personnes, à faire tenir dans le plus petit espace possible !

Deuxième étape : un test grandeur nature à Paris. L'équipe compare l'espace occupé par plusieurs véhicules, à vitesse réelle moyenne. Mis à l'épreuve : une Twingo, un quad, une moto avec sacoches,  etc. Résultat : une véritable "coupure" existe entre la petite voiture (environ 1,60m)  et les moto avec sacoches et quad (environ 1,10m de large)...notre petit MOCA devra donc se situer entre ces deux catégories, en terme de dimensions.

Problème : une voiture trop étroite peut facilement se retourner, notamment dans les virages. Vient donc la troisième étape, phase de tests à Aubevoye. L'équipe fait venir un prototype développé par un ingénieur Suisse, qui influencera leur choix d'un centre d'équilibre le plus bas possible. Et pourquoi pas de fenêtres sur Twizy ?  Yves Dubreil a rapidement abandonné l'idée d'un Twizy avec fenêtres, puisque sauf à l'arrêt et en cas de pluie et vent latéral, le conducteur reste à l'abri. Idéalement, Yves Dubreil aurait même supprimé le pare-brise !

Validation du projet par Carlos Ghosn

Reste à valider le projet par le Président - Directeur Général. Pour cette phase de validation, il fallait réunir les conditions de sécurité et de confidentialité nécessaires. C'est décidé, le parking du Siège à Boulogne-Billancourt est réquisitionné. Les salariés sont interdits d'accès pendant 1h30. Carlos Ghosn teste le prototype, fait plusieurs tours du parking du "13-15". Verdict, glissé à l'oreille d'Yves Dubreil, avec le sourire "faut nous en faire pas mal des comme ça".

Projet validé ! Suit un nouveau prototype, version basique composée de tubes, qui sera utilisée en conditions réelles dans Paris pour le tournage d'une vidéo de présentation (...sans spyshots!) Puis un autre, beaucoup plus subtil, qui reprend les codes de l'électrique, notamment de la batterie et de ses symboles + et -, dont nous retrouvons les vestiges (la forme du feu) sur l'arrière de Twizy aujourd'hui.

Un concept-car est très vite dessiné puis présenté au Salon de Francfort 2009, il intègre la gamme Renault Z.E. et porte le nom de Twizy Z.E. Concept  (pour TWIN-EASY, invention marketing)...

"L'innovation ne peut convaincre que si elle génère de la valeur" - Yves Dubreil

Tags: dubreil été moca renault twizy