par Groupe Renault - Innovation

Quand la musique innove… quand elle ne triche pas !

Nous sommes de plus en plus nombreux à écouter de plus en plus de musique. Grâce aux appareils nomades notamment mais pas seulement. Depuis le 33 Tours, et jusqu’aux mp3, les supports musicaux ne cessent de progresser. Mais parfois au détriment de la qualité. Cette semaine, je suis partie à l’écoute des tendances… musicales.

music-3

crédit photo : http://www.com2gever.com/musique

La musique a le vent en poupe…

En France, nous sommes : "[…]  99%, de tous âges et classes sociales confondues, à écouter de la musique", nous informe Christophe Waignier, directeur des ressources et de la stratégie à la Sacem. "70 % des Français ne pourraient pas vivre sans et 86 % en écoutent tous les jours, avec une moyenne quotidienne de 2 h 25 minutes. On peut donc parler d'un usage massif de la musique.

… mais sur un mode « fast-food » ?

La tendance à l’heure actuelle est moins d’acheter et conserver les albums ou morceaux de musique que payer des abonnements mensuels pour avoir accès à des discothèques géantes – Deezer, Spotify, etc. - contenant des millions de titres, non conservés. Est-ce à dire que nous consommons la musique de plus en plus vite, à la manière de la nourriture de fast-food ?

L’évolution rime-t-elle toujours avec l’innovation ?

Depuis des années, les supports musicaux ne cessent de progresser. Rappelez-vous, les 33 Tours et leurs grésillements, les cassettes audio et la bande qui s’emmêlait dans le lecteur et en ressortait toute fripée, puis l’arrivée révolutionnaire du CD car petit, solide et monoface, et enfin, la musique dématérialisée et multi-support au format MP3. Génial, non ? Ben oui… mais non !  En effet, les spécialistes considèrent que le son analogique du 33 tours est bien supérieur à celui du CD. Et le MP3, souvent vendu le même prix qu’un CD, est une version (parfois très) compressée de la musique. La qualité s’en ressent forcément.

Slow Listening : prendre du temps pour la musique

En réaction à ces évolutions est apparu le mouvement slow listening, imaginé et mis en pratique en 2009, par le journaliste et critique musical américain Michaelangelo Matos (Rolling Stone, New York Post, The Guardian...), fin décembre 2008. Et beaucoup d’autres ont suivi le mouvement, remettant l’écoute de la musique en tant qu’activité principale et non secondaire (fond sonore). Et bien sûr, en mettant l’accent sur la qualité.

La qualité musicale au cœur des innovations actuelles

Car il semblerait bien que nous soyons encore exigeants en matière de qualité et c’est plutôt rassurant ! Voici quelques exemples récents d’innovations dans le secteur de la musique, visant à une meilleure qualité du sone t de l’écoute.

Pono, le baladeur haute qualité de Neil Young

neilyoung

Neil Young au Festival Primavera Sound 2009 (crédit : alterna2)

Le Pono, mais qu’est-ce donc ? me direz-vous…  D’après Neil Young, musicien à l’origine de cette invention, "avec Pono, vous écoutez exactement ce qu'on a entendu" lors de l'enregistrement d'une chanson. Certes, mais encore ?

C’est le produit que devrait lancer en octobre 2014 la société Pono Music pour écouter de la musique en qualité studio master. En bref, un baladeur numérique de très haute qualité (PonoPlayer), avec son magasin de musique associé pour obtenir une qualité d'écoute immensément supérieure à celle d'un iPod, d'un smartphone ou même d'un lecteur de CD. Et vous savez quoi ? Neil Young a levé 6,2 millions de dollars pour développer PonoMusic, grâce au soutien de 18 220 internautes mélomanes sur Kickstarter. On peut dire que les amateurs de qualité ne manquent pas !

De la musique haute définition sur l’iTunes Store ?

Saviez-vous qu’Apple serait le propriétaire du plus important catalogue de musique haute résolution au monde ? En effet, la société demande systématiquement les morceaux de musique en haute définition en 24 bits aux maisons de disque (le catalogue « Mastérisé pour iTunes » utilise les masters originaux).

Pour des raisons liées au téléchargement, Apple les encode pour en compresser le poids. Mais d’après le bloggueur spécialiste de musique Robert Hutton, Apple s'apprêterait à proposer aux plus audiophiles de ses clients d'acheter des morceaux en haute définition (24 bits). Vu le succès du projet Pono sur Kickstarter, il devrait y avoir de la demande ! A suivre…

Apple investit dans le service de streaming musical BeatsMusic

Vous connaissez sans doute Deezer ou Spotify et avez peut-être écouté de la musique sur l’un des ces services de streaming. Un service qu’Apple ne proposait pas jusqu’ici mais c’est désormais chose faite avec un service de streaming un peu à part, BeatsMusic. Ce qui fait la différence entre BeatsMusic et ses concurrents, c’est un service « humain » à forte valeur ajoutée : pour confectionner des listes de lecture qui doivent permettre aux utilisateurs de se repérer et de trouver leur bonheur dans la masse des sorties – et de la musique existante, Beats a engagé des DJs et des spécialistes de plusieurs labels de musique. Eh oui, la qualité, ce n’est pas seulement une affaire de technologie !

De la musique à la voiture, il n’y a qu’un pas….

… que je franchis allègrement car d’après une étude de la SACEM présentée début 2014, la voiture est le premier lieu d’écoute.

stat-musique

BeatsAudio l’a bien compris : « Votre voiture est plus qu'un simple moyen de vous déplacer d'un point A à un point B. C'est l'un des rares endroits où la musique importe le plus. Avec BeatsAudio™, vous pouvez vous immerger dans vos morceaux préférés et les écouter comme vous ne l'aviez encore jamais fait ».

De fait, plusieurs constructeurs ont fait appel à BeatsAudio. Ainsi Chevrolet a annoncé en  mars 2014 qu’il compléterait dès 2014 l’équipement d’infotaiment de ses véhicules avec le service de streaming Beats Music  via son Chevrolet AppShop via une liaison 4G. BeatsAudio équipe également la Fiat 500 Abarth et certains modèles Dodge.

Tags: innovation musique veille