par Groupe Renault - Patrimoine

Renault 5, la « Supercar » des années 70 et 80

Alors qu’au début des années 70, le marché des petites voitures était dominé par la Renault 4 et la 2CV du voisin Citroën. Pierre Dreyfus, PDG de Renault, de 1955 à 1975, demanda à ses équipes d’ingénieurs une petite voiture « pour tous » avec comme formule magique « une voiture à vivre, celle du travail et des congés, de la semaine et des week-ends, de la ville et des campagnes ». Présentée en 1972, la Renault 5 s’imposa très rapidement avec son design innovant et sa praticité pour l’époque.

Si petite et déjà si innovante

R5_5

Lancée en 1967 sous le nom de code 122, la future Renault 5 se devait d’être décalée  et saupoudrée d’un savant dosage d’anticonformiste. Le cahier des charges requérait un véhicule à la fois polyvalent - donc de petite taille – et agréable à l’œil.

C’est Michel Boué qui dessinera les premières lignes de la 122 et qui ne seront que très peu retravaillées par la suite. Attachante aux yeux du public avec ses courbes arrondies et ses traits plein de douceur, la Renault 5 était assurément élégante et dégageait en prime un brin de malice.

L’originalité de la 122 était telle qu’au départ elle devait s’appeler Renault 2. Mais son décalage par rapport à l’existant poussera le marketing à choisir une autre appellation, et passer au chiffre 5.

R5_2

Si techniquement elle reprenait une grande partie des technologies déjà rodées sur les Renault 4 et 6, avec la traction et les moteurs de 782cm3 de 33,5 ch. pour la version « L » et 956cm3 de 44ch. sur la version « TL ». En matière de freinage, la « L » se voyait dotée de tambours tandis que la « TL » était équipée de disque à l’avant pour assurer le mordant nécessaire de son moteur un peu plus puissant.

En revanche, c’est au niveau des pare-chocs que la Renault 5 innovait. Ces pare-chocs en polyester armé ont été développés en collaboration avec l’industriel Rhône-Poulenc et offraient la particularité de résister aux chocs jusqu’à 7km/h. En pré-imprégné verre polyester, ils s’intégraient parfaitement bien au dessin de la voiture.

R5_1

Star par nature

Pas farouche, la Renault 5 révolutionna également la publicité. Sous la coupe des créatifs de l’agence Publicis, la « Supercar » comme elle était surnommée dans les publicités de l’époque, était présente sur tous les fronts.

Renault, souhaitait porter l’image d’une voiture à la fois populaire et sympathique en ciblant prioritairement les femmes et les jeunes pour un usage urbain et rural.

En utilisant la première personne du singulier dans le slogan « Bonjour, je suis la Renault 5. A la ville et sur la route... on m’appelle aussi Supercar » Renault donne vie à sa petite voiture. Et pour parachever le concept de singularisation, la Renault 5 était représentée avec des yeux à la place des phares, une bouche souriante à la place de la plaque d’immatriculation.

R5_6

 

A la fois sur les ondes de l’ORTF et pas moins de 6 500 abribus et 1 200 panneaux d’affichage extérieur. La Renault 5 œuvrait également dans 1 750 salles obscures où deux dessins animés de 45 secondes la présentait « à la ville » et « à la campagne ».

Cette campagne de lancement incluant le langage avait pour but de faciliter la proximité entre le public et la voiture. En d’autres termes, la Renault 5 s’humanisa et recevra immédiatement les faveurs de la presse et du grand public.

La Renault 5 fut le premier modèle de la marque au losange commercialisé en trois portes. Une configuration qui était jusqu’ alors boudée par les français.L’Histoire donnera ensuite raison à Renault au vu du succès de la Renault 5 et de la Twingo 21 ans plus tard.

R5_3
Elle deviendra un véritable triomphe commercial dès 1974 en s’octroyant la 2èmeplace sur le marché européen derrière la Fiat 127. En 1980, elle confirmera son statut de star en atteignant la 2ème marche du podium mondial !
D’ailleurs les ventes à l’étranger représentaient cette année-là près de 60% des immatriculations, un vrai succès on vous dit ! Remplacée en 1984 par la Super 5, la Renault 5 aura été vendue à près de 5,5 millions d’exemplaires !

Tags: renault 5