par Maxime Cannesson - Véhicules

Renault Alaskan: Nos experts livrent leurs secrets

Renault a dévoilé à l'instant Alaskan, son premier pick-up 1 tonne dédié au marché sud américain dans un premier temps. Des questions sur le dernier né de la gamme Renault? Louis Morasse (Dir. du Design VU) et Marine Picard, Directeur commercial adjoint, nous livrent leur secrets!

Dans un secteur ultra concurrentiel, quel intérêt a une marque comme Renault A se lancer sur le marché des pick-up 1t ? 

Marina: Si le marché des pick-up est un marché ultra concurrentiel, seuls quelques « gros » acteurs y sont présents. Bien que nouvel arrivant dans un marché déjà bien installé, et fort d’un leadership sur le véhicule utilitaire depuis plus de 18 ans et de positions fortes sur d’autres marchés internationaux, Renault a véritablement sa place sur ce marché. Notre ambition est claire : passer d’un statut d’acteur leader régional au statut d’acteur de premier plan au niveau international.

De fait, deux raisons nous poussent à croire pleinement à notre potentiel :

  • Renault a commencé à afficher sa légitimité sur ce marché avec le lancement de Duster Oroch en Amérique Latine. Les débuts prometteurs sont très encourageants.
  • Le marché du pick-up est énorme (40% du marché VU dans le monde). Avec une double offre produit, nous avons un vrai coup à jouer !

U60_3

Le pick-up a-t-il toujours sa place dans un monde qui s’urbanise de + en + ? Quelle clientèle visez-vous ?

Marina : Ni vraiment un VU, ni vraiment un VP, le pick-up 1 tonne est un produit très atypique, avec des usages et donc des clientèles très versatiles, qui peuvent varier d’une région à une autre,  voire même d’un pays à l’autre au sein d’une même région. Cela étant dit, deux types de clientèle se distinguent :

Les professionnels (artisans/commercants et small businesses) à la recherche d’une solution de mobilité utile pour embarquer/tracter de très lourdes charges.

Les particuliers s’intéressent aussi à ce type de véhicule prisé pour son côté statutaire, pour sa pluralité d’usage (pratique pour les travaux, les loisirs type bateaux/quad lourd, ou les activités en famille) et ses prestations 4WD (en montagne).

Les pays d’Amérique Latine, que nous visons dans un premier temps, sont très friands de ce type de véhicule, cela représente plus de 50% du marché VU ! Mieux encore, ce marché ne cesse de croitre ! Quel que soit le client, la raison dominante de l’achat d’un pick-up est toujours pour répondre à un besoin de « travail / charges lourdes ».

Designe-t-on un pick-up comme on designe un véhicule « traditionnel » ?

Louis: Je dirais, en préambule, que Renault a toujours eu une inspiration très forte pour les véhicules utilitaires. Nous sommes leaders en Europe depuis de très nombreuses années ce qui nous confère une grande expérience dans le design de ce type de véhicules très fonctionnels. Le pick-up est par nature LE véhicule utilitaire par excellence pour les chargements lourds et sans contrainte de hauteur.  D’un véhicule très utilitaire à la base, il s’est vite imposé comme un moyen de communiquer un certain statut mais dans le respect d’une certaine tradition. Nous avons donc souhaité respecter cet historique tout en rajoutant ce petit supplément d’âme et faire la part belle à l’émotion.

Notre nouvelle identité de marque a été l’élément majeur de départ. Une face avant très verticale, un capot est quant à lui long et bien horizontal (bien spécifique dans notre gamme) et un bouclier avant large et frontal. Nos phares sont bien reliés entre eux par une large et imposante calandre. La signature lumineuse en C qui a fait ses preuves sur d’autres modèles lancés récemment ajoute ce degré de singularité visuelle. Tout cela confère au véhicule un style robuste et qualitatif. Il en impose !

U60_2

Quelles sont les sources d’inspiration à l’origine d’Alaskan ?

Louis: Travailler sur le design d’un pick-up, c’est d’abord respecter des codes et un imaginaire bien établis. Le monde du pick-up, ce sont les grandes plaines de l’ouest américain ou les champs agricoles sud-américains. C’est les grandes récoltes. C’est aussi des environnements peu accessibles avec des climats variables, voire hostiles. Nous nous devions d’apporter une solution de mobilité crédible à travers un véhicule robuste et « solide» via des passages de roues proéminents et athlétiques, des nervures bien marquées sur le capot, un intérieur soigné, en phase avec l’utilisation que l’on fait d’un tel véhicule… A l’image d’ALASKAN, nous souhaitions être fort, marquer les esprits mais sans être dans l’arrogance.

U60_7

Alaskan illutre à lui seul cette vision internationale du Groupe Renault (lancement mondial/commercialisation régionale). Qu’en en est-il à votre niveau ?

Louis : ALASKAN a plus que jamais cette casquette internationale puisque dessiner au Technocentre (France), développer avec Nissan au Japon, et industrialiser en Amérique Latine. Nos équipes ont accompagné chaque étape du développement, s’imbibant des cultures et usages locaux pour proposer un véhicule en phase avec chaque usage.  A titre personnel, mes origines nord-américaines, berceau du pick-up, ont sans aucun doute joué un grand rôle dans ma vision de concevoir le véhicule.

Marina : ALASKAN est un véhicule très international. Il prend en compte les différences d’usage et de marché de chacun de nos pays de commercialisation. Notre produit sera donc une solution sur mesure pour chacun de nos clients, avec une large gamme de caisses (Double Cab, Extended Cab…). Pour l’exemple : l’Europe proposera à ses clients Renault ALASKAN doté d’un condensé de technologies, d’autre régions adopteront un modèle plus rustique mais plus en phase avec les besoins locaux. Rassurez-vous cela dit, la couleur de lancement (Brun Vison) sera la même pour tous !

Tags: Alaskan colombie design pick up