Patrimoine | 05 avril 2019

Renault, près d’un siècle de présence en Chine

L’intérêt et l’implication de Renault en Chine sont de longue date. Dès les années 30, des châssis y sont exportés et carrossés. Mais c’est véritablement à partir du milieu des années 90 que Renault cherche à s’y implanter durablement. Retour sur les grandes étapes de l’histoire de Renault dans l'Empire du Milieu.
par Aimee Sean

L’histoire entre Renault et la Chine débute... en France, puisque Deng Xiao Ping, futur secrétaire général du Parti communiste chinois de 1956 à 1967 et chef de l’Etat de 1978 à 1992, devient ouvrier dans l’atelier d’ajustage de Renault à Boulogne Billancourt du 6 novembre au 12 décembre 1925. Dans les années 30, des châssis Renault (de type O.S. de 10 chevaux) sont exportés et carrossés dans l’Empire du Milieu.

Mais c’est véritablement à partir du milieu des années 90 que Renault cherche à développer une véritable activité commerciale en Chine. D’abord en fabricant des minibus haut de gamme entre 1995 et 2003, puis en important des véhicules à partir de 1999. Aujourd’hui, c’est à travers trois joint-ventures que Renault est durablement implanté.

1995-2003 : une première implantation industrielle : des minibus haut de gamme

En novembre 1993, Renault s’introduit sur le marché chinois avec la signature d’un partenariat industriel avec China Sanjiang Space Group pour l’assemblage et la production de Trafic Minibus, par le biais de la création d’une joint-venture Sanjiang Renault Automotive Company (SRAC) à Xiaogan (province du Hubei, à 80 km de Wuhan).

A l’époque, le gouvernement décide que le pays a besoin de minibus et que le partenaire de Renault serait Sanjiang. L’objectif pour la joint-venture est de proposer des Trafic Minibus haut de gamme, pouvant être destinés aux déplacements de VIP pour les autorités publiques, les hôtels, etc.

La réalité est différente dès lors que le marché automobile est tiré par la demande d’entreprises privées et de particuliers et non plus uniquement par la demande publique. Le produit proposé ne correspond plus à l’essentiel de la demande client et Renault décide de ne pas revoir le plan produit de la SRAC.

En 2003, la joint-venture est mise en sommeil et les installations industrielles sont mises « sous cocon », c’est-à-dire arrêtées mais entretenues.
En huit ans, Renault a produit 6 018 Trafic Minibus haut de gamme à l’usine de Xiaogan.

renault-shaoguan-1996

De 1999 à 2004 : plusieurs tentatives de joint-ventures

L’intérêt de Renault pour la Chine est également illustré par plusieurs tentatives de joint-ventures qui ne voient finalement pas le jour, notamment :

  • 1999: un projet de joint-venture avec BAIC (Beijing Automotive Industry Corporation), impliquant Scénic.
  • 2002: un projet de joint-venture avec Brilliance, impliquant Kangoo.
  • 2004: Renault signe un MOU (Memorandum Of Understanding) avec Dongfeng Automotive Investment Corporation en vue de créer une joint-venture pour la fabrication et la commercialisation de voitures particulières et de véhicules utilitaires. Faute d’accord sur la localisation du site de fabrication, le projet de joint-venture est mis en sommeil.

1999 : démarrage de l’activité d’importation (CBU)

En 1999, Renault commence à importer des véhicules particuliers et développe un réseau commercial.
Renault est ainsi le premier constructeur français à importer des véhicules en Chine (PSA fabrique déjà localement mais n’importe pas de véhicules).

De 1999 à 2006 : décollage de l’activité CBU et une part de marché qui atteint 2,6% du marché CBU en 2006

  • Renault passe de 123 véhicules vendus en 1999 à 3 364 en 2006, en commercialisant notamment Scénic, Mégane Classic et Laguna.
  • En 2006, la part de marché de Renault atteint 2,6% du marché des véhicules importés (le marché CBU représente alors 126 000 véhicules, le marché global, 4,2 millions d’unités).
  • 5 importateurs et leurs 30 dealers assurent l’activité (chiffres 2007).

A partir de 2006 : un contexte plus difficile

Dans un contexte difficile de taux de change défavorable, de gamme vieillissante, de concurrence locale accrue et de guerre des prix, Renault voit ses ventes décliner.
Deux décisions importantes sont alors prises :

  • 16 janvier 2007: afin de pérenniser l’activité et renforcer la structure, il est décidé de créer une filiale à 100% Renault. Celle-ci n’est finalement créée qu’en 2010.
  • Octobre 2007: début des démarches pour l’homologation de Koleos.

Ces décisions permettent à Renault de rebondir.

4 février 2010 : création de RBAC (Renault Beijing Automotive Co.), filiale commerciale 100% Renault

La filiale importe et distribue désormais les véhicules Renault.
Les 5 importateurs deviennent alors dealers.

Renault lance le « China Revival Plan » (2009-2011) avec :

  • la commercialisation de Koleos
  • un nouveau positionnement « Casual Luxury » de la marque.
  • un programme orienté client : TOE (Total Ownership Experience).
  • une réorganisation du réseau selon les standards du R-REDI (Renault Retail Environment Design Initiative).
  • la mise en place d’un nouveau système de distribution.

renault-koleos-pekin

2011 – 2017 : création de 3 co-entreprises

  • Après la mise en sommeil du projet de joint-venture de 2004, à partir de juin 2011 : nouvelles négociations entre Renault et Dongfeng.
  • Mars 2012 : signature d’un MOU (Memorandum Of Understanding) entre Renault et Dongfeng.
  • 16 décembre 2013: signature de l’accord officialisant la création de la joint-venture Dongfeng Renault Automotive Company (DRAC) et la construction d’une usine à Wuhan.

renault-dongfeng-joinventure

renault-wuhan

  • 1 juillet 2014 : la joint-venture DRAC (Dongfeng Renault Automotive Company) reprend le management des activités commerciales de RBAC (Renault Beijing Automotive Co.), la filiale 100% Renault.

renault-gamme-produits-chine

  • Août 2017 : une deuxième co-entreprise voit le jour : eGT New Energy Automotive Co., Ltd. Elle a pour objectif d’accélérer les développements des technologies en faveur de la mobilité zéro émission, une priorité pour Dongfeng Motor Group Co., Ltd. comme pour Renault-Nissan-Mitsubishi. La joint-venture s’appuie sur les compétences clés de chaque partenaire pour produire des véhicules électriques compétitifs.

     

renault-prototype-zoe

  • Décembre 2017: le Groupe Renault et Brilliance forment une troisième co-entreprise : Renault-Brilliance-Jinbei Automotive Company. Elle fabrique et commercialise les VUL sous les marques Jinbei, Renault et Huasong.

renault-huasong-chine

Aujourd'hui : le quatrième marché du Groupe Renault

Avec 28,1 millions de véhicules vendus en 2018, la Chine est le plus grand marché automobile du monde. Cette même année, le Groupe Renault y a vendu 216 699 véhicules, soit une progression de 200,3 % par rapport à 2017 (72 137 ventes). La Chine est aujourd’hui le quatrième marché du Groupe Renault et l’un des piliers majeurs du plan stratégique Drive the Future, avec son fort potentiel de développement.

 

Pour aller plus loin

Nouvelle Renault CLIO : plus technologique et connectée que jamais
Véhicules

Nouvelle Renault CLIO : plus technologique et connectée que jamais

20 mai 2019
Voir plus
Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie
Entreprise

Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

17 mai 2019
Voir plus
La mobilité autonome en partage : de la fiction à la réalité
Innovation

La mobilité autonome en partage : de la fiction à la réalité

16 mai 2019
Voir plus