par Morgan Poulanges - Innovation

Renault présente la technologie « Eyes off/Hands off » pour le véhicule autonome de demain

Fini l’ennui des longs trajets ou des embouteillages sur autoroute. Renault passe à la vitesse supérieure pour proposer étape par étape, une mobilité assistée en toute sécurité jusqu’à la voiture autonome et la conduite en mode « Eyes off/Hands off ».

Renault est pleinement engagé dans le développement de la conduite autonome pour ses modèles de série. Les premiers véhicules équipés de telles fonctions sont attendus dès les prochaines années. D’abord, d’ici 2020, du niveau « single-lane control » (permettant de maintenir le véhicule sur sa voie et de contrôler la distance avec la voiture précédente) sur autoroute. Puis, après 2020, Renault deviendra progressivement l’un des premiers constructeurs généralistes à proposer une technologie « Eyes off/Hands off » sur des voitures grand public.

Qu’est-ce que la conduite « Eyes off/Hands off ? »

La technologie « Eyes off/Hands off » correspond à un mode de conduite autonome sans supervision du conducteur. Pendant les phases de délégation de la conduite, il n’est plus nécessaire de regarder la route, ni d’avoir les mains sur le volant : la conduite est entièrement déléguée au véhicule. Cette fonction s’envisage lors des phases de conduite les plus « ennuyeuses » - par exemple dans les embouteillages - et uniquement sur les voies rapides autorisées.

Comment fonctionne la technologie « Eyes off/Hands off » ?

Quand la conduite autonome est activée, la vision de la route et la surveillance à 360° des alentours du véhicule sont effectuées par de nombreux capteurs. Sur les prototypes actuels (base Renault Espace), on dénombre ainsi :

  • 3 lidars, ou scanners laser à longue portée (2 avant, 1 arrière),
  • 1 radar frontal longue portée,
  • 4 radars d’angle moyenne portée,
  • 3 caméras numériques avec focales différentes (courte/moyenne/longue portée) en haut de pare-brise,
  • 4 caméras numériques 180° (courte portée) sous les rétroviseurs et au niveau des plaques d’immatriculation,
  • Une ceinture de 20 capteurs ultrasons courte portée.

L’ensemble des données que ces capteurs recueillent est analysé par les multiples « cerveaux » logiciels embarqués qui dictent au véhicule la conduite à tenir. Le conducteur n’a pas besoin de regarder la route ni de tenir le volant : il est en mode « Eyes off/Hands off ».

Les dispositifs de contrôle de la trajectoire du véhicule (contrôle de la direction et du freinage) ainsi que l’architecture électrique associée ont de leur côté été doublés afin d’obtenir le niveau de sécurité requis pour la conduite autonome « Eyes off/Hands off ». Ainsi, en cas de défaillance, le véhicule reste maitre de sa trajectoire et est capable de se mettre automatiquement en sécurité, dans le cas où le conducteur ne reprendrait pas le contrôle de la conduite.

Quels sont les avantages de la conduite « Eyes off/Hands off » ?

Avec le mode autonome « Eyes off/Hands off », l’objectif de Renault est de proposer une nouvelle expérience du voyage automobile, plus agréable, plus varié et plus sécurisé. Le risque d’accident sera grandement réduit ! Les trajets seront moins stressants et plus productifs. Ainsi, le conducteur pourra optimiser son temps en profitant, par exemple, de la connectivité à bord pour répondre à ses emails ou pour regarder une vidéo. Il le fera en toute sécurité, lorsque les conditions extérieures le permettront et dans le respect des lois et des réglementations en vigueur qui auront évolué à cet horizon pour autoriser ces nouvelles fonctions.

Les tests de conduite autonome menés depuis plusieurs années nous permettent d’engranger le maximum de données et d’expérience et d’étudier le comportement des conducteurs au contact de ces nouveaux systèmes. Ces études servent également à observer la façon dont ils s’approprient les nouveaux modes de conduite proposés et en comprennent les fonctionnalités.

Renault commencera à faire circuler de véritables flottes de test de véhicules autonomes « Eyes off/Hands off » à partir de 2018 pour arriver, après 2020 et en fonction de ce qu’autorisera la législation en vigueur, à proposer cet équipement sur des modèles de série.

Tags: innovation