par Groupe Renault - Véhicules

Renault ZOE confidentiel #3 : essais grand froid

C'est en Laponie que nous avons mis Renault ZOE à rude épreuve. Tout au long de l'été, nous vous avons fait découvrir les étapes de sa genèse, de son design, à ses crash tests en passant aujourd'hui par l'un de ses tests techniques, étape décisive de la conception de notre citadine électrique : les essais grand froid. 

Qu'est ce qu'un essai grand froid ?

En hiver, la mécanique est mise à rude épreuve, il faut donc s'assurer que les véhicules que nous mettons sur les routes, soient capables de résister à des températures extrêmes. Outre le moteur, d’autres éléments sont placés sous haute surveillance. La boîte de vitesses, entre autres, ne doit pas voir son comportement durci ou ralenti.

L’efficacité de nombreux équipements est également vérifiée, comme celle du chauffage, la qualité du désembuage et du dégivrage et le bon fonctionnement des amortisseurs ou de l’ABS sur neige. En cas de poudreuse, il est aussi vérifié qu’aucune neige n’entre sous le capot, ou ne s’accumule sur les freins, ce qui pourrait être à l’origine de dysfonctionnements. Autant de points que seuls les essais grand froid permettent de valider, d’où leur importance.

En résumé, les essais grand froid ont pour mission de déceler toute anomalie de fonctionnement et de lui apporter une solution. En simulant des conditions hivernales, ils permettent de valider les choix technologiques qui garantissent la préservation du comportement et du confort du véhicule dans les conditions les plus extrêmes.

Les spécificités du véhicule électrique

Vous vous en doutez, un véhicule électrique ne réagira pas au froid de la même façon qu'un véhicule thermique. Renault ZOE ne roule ni à l'huile, ni à l'essence...autant de facteurs que nos ingénieurs n'ont pas eu à surveiller. Cependant, quelques éléments de Renault ZOE ont réclamé une attention toute particulière lors de ses essais grand froid.

Tout d'abord, les effets du froid sur la batterie. Cette dernière peut être affectée de plusieurs façons :

  1. Capacité : une batterie très froide ne se charge pas en totalité. Elle est comparable à un réservoir qui rétrécirait à froid. L'impact est bien entendu une réduction d'autonomie.
  2.  Puissance : à froid la batterie peut ne pas délivrer toute la puissance demandée par le moteur, ce qui se traduit par des accélérations réduites.
  3. Charge : une batterie trop froide ne pourra pas accepter de charge trop rapide, ainsi, le temps de charge rapide augmente. Le froid n'a pas d'impact sur la charge standard, depuis une Wall-Box.

A vérifier également, les éléments liés à la charge :

  1. la prise de charge doit rester utilisable (trappe non bloquée par le gel)
  2. le câble doit rester assez souple pour s'enrouler
  3. le câble ne doit pas rester bloqué dans la prise.

Premières conclusions pour Renault ZOE : Par -25°C,  ZOE est parfaitement utilisable et la perte de performance est peu sensible. La batterie se comporte très bien à froid de ce point de vue.

Pour l'autonomie, la réduction est plus sensible, mais Renault ZOE reste le meilleur des véhicules électriques de série, grâce notamment à la pompe à chaleur réversible, qui permet de réduire la consommation du chauffage dans ces conditions. Cette pompe restitue environ 2 kW de froid ou 3 kW de chaleur, pour 1 kW d’électricité consommé par le compresseur.

Résultats de Renault ZOE : mention très bien !

Renault ZOE fait figure de bonne élève, notamment par rapport à ses cousines thermiques, sur les points suivants :

  • démarrage moteur : strictement identique par -30°C comme en conditions tempérées, c'est-à-dire immédiat et sans bruit. Pas de préchauffage moteur, pas de panache de fumée, pas de claquement.
  • premiers tours de roue : le moteur n'est pas affecté par le froid. On peut partir tout de suite et accélérer à fond sans besoin de "faire chauffer la mécanique". Par ailleurs, en roulant, la batterie va se réchauffer ce qui va progressivement améliorer les points vus plus haut.
  • le chauffage : la pompe à chaleur, en plus de consommer très peu, dispense son chauffage très vite. Pas besoin de démarrer sa voiture quelques minutes avant de partir.
  • le pré-conditionnement : pour avoir à la fois un chauffage habitacle déjà établi au moment du départ et des vitres dégivrées, il suffit de programmer le chauffage à l'avance et la voiture est "chambrée" au moment du départ. Ceci ne sera jamais possible sur un véhicule thermique (il faut faire tourner le moteur).

Renault ZOE a étonné nos ingénieurs dans le bon sens : sur la rapidité de chauffage grâce à la pompe à chaleur; le bon comportement de la batterie en terme de puissance à froid et de capacité à démarrer le moteur à très basse température; son comportement routier et notamment la motricité sur sol glissant. Enfin, ils ont noté que la position de la batterie centrée et en position basse était favorable.

Remerciements à Fabrice Izzillo, Ingénieur Synthèse Prestations, gamme véhicules électriques chez Renault, pour toutes ces informations.

Tags: froid genèse grand renault ve véhicule électrique ze zoe