par Caroline De Beaumont - Innovation

The Good Drive, un "serious game" pour apprendre à conduire

Apprendre à conduire une voiture sans toucher un volant, c’est désormais possible. Comment ? Grâce à The Good Drive, un serious game qui repense de manière virtuelle les dispositifs de formation à la conduite. Né d’un partenariat entre Renault Mobiliz, ECF et les développeurs du jeu, The Good Drive comporte également une forte dimension sociale.

The Good Drive, passer le permis grâce à son smartphone

Created with Microsoft Fresh Paint

Created with Microsoft Fresh Paint

Le projet a débuté en 2014 avec l’ambition de moderniser et de faciliter le passage du permis voiture. Concrètement, The Good Drive est un logiciel de simulation qui permet de s’entraîner, à l’aide d’un smartphone et d’un ordinateur, au code et à la conduite.

Inspiré des règles du jeu vidéo, il propose aux joueurs 10 grandes séquences qui reprennent la totalité du programme national du permis de conduire : en situation sur les routes de campagne et en ville, sur les croisements et dépassements, sur l’autoroute, ou encore en situation exceptionnelle : brouillard, pluie, nuit… Le joueur devra alors contrôler la voiture, respecter le code de la route et, évidement, s’adapter aux aléas de son environnement.

The Good Drive n’a pas vocation à remplacer le permis traditionnel, mais vient comme une solution d’accompagnement.

C’est un système hybride de simulation et de jeu vidéo qui relève de la pratique et de la théorie,

                                                                Jean Menu, le coordinateur du projet.

Au total, le joueur pourra conduire de manière virtuelle pendant plus de 20 heures et parcourir environ 200 kilomètres, pour acquérir les bons gestes.

L’apprentissage vient dans la répétition des gestes. Ce jeu permet d’intégrer plus facilement des automatismes et des reflexes,

                                                                 Olivier Mauco, le directeur technique du projet.

L’idéal avec ce jeu est d’assurer le comportement, de donner le temps d’analyser et d’acquérir des automatismes. Nous sommes dans une approche psychologique et cognitive,

                                                                          Gérard Acourt, Président de TGD.

D’abord lancé en France, The Good Drive a aussi une vocation internationale, notamment avec un objectif de contribuer à l’amélioration de la sécurité routière dans les pays où la formation à la conduite est la moins structure.

 

Renault Mobiliz et ECF, partenaires de The Good Drive

TGD

Avoir son permis n’est pas une mince affaire. S’il conditionne bien souvent l’intégration sur le marché du travail, il reste pour beaucoup cher et peu accessible. A ce titre, 50 % de la population en âge d’avoir le permis n’en est toujours pas détenteur pour des raisons économiques.

C’est pourquoi Renault Mobiliz, dont la vocation consiste à financer et à accompagner des projets à impact social dans le secteur de la mobilité, s’est associé au projet The Good Drive.

François Rouvier, le directeur du programme Renault Mobiliz, y voit l’opportunité “ d’accroître l’accessibilité et l’apprentissage en diminuant les coûts liés au passage du permis de conduire ”.

The Good Drive devrait en effet encourager la démocratisation du permis de conduire et venir en aide aux personnes en situation de difficultés comme les illétrés ou les personnes handicapés. Renault Mobiliz finance le projet à hauteur de 20 % du capital, et joue un rôle d’initiateur et d’accompagnateur.

Le réseau ECF est aussi partenaire du projet. Depuis le 1er février 2016, The Good Drive est mis en service dans plusieurs dizaines d’agences ECF et devrait rapidement se généraliser aux 400 agences du réseau. Chaque agence ECF intègre The Good Drive dans une formule ou un forfait personnalisé. Le serious game devrait permettre de réduire le nombre d’heures de conduite et donc diminuer le coût du permis.

 

Tags: innovation