par Groupe Renault - Véhicules

La capitale mondiale de la voiture électrique accueille ZOE

Le 25 mars, la Norvège accueillait une citoyenne de choix : ZOE. Dans un pays qui compte plus de véhicules électriques par personne que partout ailleurs et où 20 % des véhicules vendus au mois de mars étaient électriques, ce lancement était attendu avec impatience. Pour mieux comprendre, nous avons interrogé Roger Andersen, qui fait partie de nos équipes à Oslo.

500x300

Comment les Norvégiens réagissent-ils à l’arrivée de ZOE ?

ZOE a été accueillie en grande pompe, lors d’une cérémonie au stade Bislett à Oslo, celui des jeux Olympiques de 1952. Une vraie championne !

Parmi les VIP et les journalistes l’enthousiasme était palpable. Les gens faisaient même la queue pour essayer une des 16 ZOE qui étaient à l’essai, et plus de 100 tours ont été faits dans la journée. Les premiers retours que nous avons dans la presse sont pour l’instant extrêmement positifs.

En Norvège, ZOE va séduire tous types de profils. Souvent, on la considère comme une deuxième voiture, mais beaucoup de conducteurs feront de ZOE leur voiture de tous les jours – pour les aller-retour au travail, les courses et tous les autres petits trajets que nous faisons après le travail.

Les gens adorent son look, son prix compétitif et le fait qu’ils puissent la recharger en seulement 2 heures chez eux. ZOE est la seule voiture électrique qui le permet. Cela lui donne un sérieux avantage par rapport à ses concurrentes, comme Nissan Leaf, VW e-UP ou même BMW i3.

Pourquoi les Norvégiens aiment-ils autant les voitures électriques ?

C’est vrai, la Norvège est le plus grand marché de voitures électriques rechargeables, avec une présence sur le marché 9 fois supérieure à celle observée aux États-Unis. Les Norvégiens apprécient ce nouveau mode de transport propre, d'autant plus que leur gouvernement l’encourage.

Le parlement norvégien s’est fixé pour objectif  d'atteindre les 50 000 véhicules zéro émission d’ici 2018. Il a pour cela introduit des mesures vraiment encourageantes pour les populations comme le stationnement gratuit par exemple, mais aussi d’importantes incitations fiscales. Et les deux arguments qui ont fini de convaincre les Norvégiens ont été l’autorisation d’accès aux voies de bus (un gros plus pour les conducteurs qui s’évitent ainsi les bouchons), et le péage urbain gratuit.

Pourquoi a-t-il fallu attendre jusqu’à maintenant pour que Renault lance ZOE en Norvège ?

Pour plusieurs raisons, la Norvège est un cas à part. Nous avions besoin de temps pour être prêts.

D’abord, la question s’est posée de savoir s’il fallait louer ou acheter les batteries. Partout en Europe, Renault propose une offre de location de batteries qui est bien accueillie. Mais en Norvège, c’est différent. Les gens ont l’habitude d’acheter les batteries de leur voiture pour pouvoir bénéficier des incitations fiscales proposées par l'état.

Par conséquent, en janvier, Renault Norvège a confirmé que ZOE sera commercialisée avec des batteries que l’on peut acheter, et non louer.

Côté infrastructures, la situation est en train de bouger rapidement. L'Alliance développe, par exemple, des infrastructures publiques en installant plus de 50 bornes de recharge rapide sur les sites des supermarchés Kiwi.

A venir également en Norvège, le « ZOE experience tour » : 8 ZOE feront le tour du pays pendant 8 semaines, avec au programme plus de 1000 essais.

Pour ZOE en Norvège, 2014 n’est qu’un début !

Tags: commerce norvege zoe