Oliver Faust, Directeur de la Responsabilité sociale de l’entreprise et de la Fondation Renault, nous explique la vision RSE de Renault.

Que signifie « être une entreprise responsable »  pour Renault ?

Être responsable, c’est répondre aux questions et aux attentes d’une société en mouvement tout en dégageant une rentabilité économique nécessaire pour assurer l’avenir de notre entreprise. Il est donc essentiel de bien comprendre les aspirations et les exigences des citoyens, de nos clients, de nos salariés, mais aussi des pouvoirs publics et des investisseurs vis-à-vis d’un constructeur automobile comme Renault. Une entreprise qui fait travailler plus de 120 000 collaborateurs dans 128 pays.

Quelles sont les priorités d’action pour Renault?

L’automobile est un moyen de transport individuel indispensable au développement économique et au lien social. Dans les villes comme dans les zones rurales, pouvoir se déplacer librement est essentiel. Le succès de l’automobile au XX et XXIème siècles s’est aussi accompagné d’effets négatifs sur le développement de nos vies : embouteillages, bruit, émissions polluantes. Notre responsabilité, c’est de limiter, voire, de supprimer ces impacts. Pour que l’automobile reste une source de progrès pour tous, nous avons fait de la mobilité durable la clé de voûte de notre approche.

Comment la dimension « humaine » est elle prise en compte, au sein d’un groupe pionnier en matière d’avancée sociale ?

Nous avons de nombreux défis à relever, tels que le développement des compétences dont nous aurons besoin pour concevoir, fabriquer, vendre les véhicules de demain, attirer les meilleurs talents, ou encore refléter au sein de nos équipes la diversité de nos clients et des marchés…L’attractivité du secteur automobile est en baisse dans certains pays. Notre principal enjeu consiste donc à veiller à la cohésion sociale au sein du Groupe, tout en contribuant à la compétitivité de l’entreprise sur des marchés contrastés.