Dans le cadre de son internationalisation, Renault a mis en place un management par grande région du monde où le groupe est implanté, pour une organisation au plus près des besoins des clients et un pilotage budgétaire au plus près du terrain.

Un management par région propice à l’internationalisation

Présent sur tous les continents, Renault poursuit son développement à l’international. Une part croissante de ses ventes s’effectue hors d’Europe. Pour accompagner cette dynamique et introduire la dimension internationale dans le fonctionnement même de l’entreprise, Carlos Ghosn a créé en 2006 les Comités de Management de Région.

Objectif : faire en sorte que toutes les fonctions de l’entreprise s’internationalisent et contribuent au développement et à l’optimisation de la profitabilité de chaque zone géographique.

 Il existe 5 Comités de Management de Région pilotés par un Directeur des Opérations. 

  • Europe : marché historique de Renault, la zone Europe est pilotée par Jean-Christophe Kugler.
  • Afrique, Moyen-Orient, Inde : cette zone est dirigée par Bernard Cambier.
  • Amériques : cette zone regroupe l’Amérique du Nord et les marchés émergents d’Amérique Latine. Elle est dirigée par Olivier Murguet.
  • Asie-Pacifique : cette zone est dirigée par Gilles Normand.
  • Eurasie : cette zone est dirigée par Denis Le Vot.

Les comités sont composés des représentants de toutes les fonctions de l’entreprise (recherche, ingénierie, achat, fabrication, marketing et vente, pièces et accessoires), des directeurs de pays et des directeurs de programme véhicule. 

Améliorer l’efficacité du Groupe sur le terrain

Chaque région pilote son propre « business plan » en vue de contribuer à la profitabilité du groupe.

Outil de pilotage financier, le management par région est également propice à la remontée et à la résolution des problématiques rencontrées sur le terrain. Chaque Comité de Management de Région se réunit une fois par mois pendant deux jours pour aborder les enjeux régionaux. Beaucoup de sujets, stratégiques ou plus opérationnels, sont passés en revue : prolongation d’un modèle pour tel ou tel marché, transfert de technologie d’une zone à une autre, disparité des changes, etc.

Au final, les décisions sont prises plus près du terrain et plus rapidement, pour satisfaire les demandes des clients.