Innovation | 02 mars 2020

MORPHOZ : voyage en 2025

10 min
Renault MORPHOZ
Imaginez une ville où les bouchons ont diminué, les usagers se partagent intelligemment la route, une ville plus silencieuse et éco-responsable. Imaginez maintenant dans cette ville une voiture modulaire qui vous accueille chaleureusement dans son habitacle spacieux. Vous en êtes l’un des propriétaires. Et cette voiture vous fait voyager au-delà de la ville, bien au-delà… Vous venez de prendre place à bord de MORPHOZ, nous sommes en 2025. Récit.
par Agathe Erol
18h30, il fait déjà nuit.

Je franchis le portillon, m’approche et déverrouille les portières d’un geste de la main. La voiture démarre en douceur dans un silence de cathédrale. Face à moi, l’écran en forme de L est déployé. Je profite encore de quelques minutes de quiétude absolue et lance Drive My Car de Curtis Harding avant de m’insérer sur l’échangeur.

Le trafic est fluide. Je garde les yeux sur la route et me laisse conduire, j’étends mes jambes, déploie mon dos et étire mes bras. Je laisse échapper un soupir, un sentiment de détente absolu m’envahit, confortablement installée dans le faste serein de l’habitacle. A ma gauche je vois défiler le bois de Boulogne. Je suis à Paris. J’ai l’impression de glisser comme un cygne sur le lac, le boulevard périphérique est mon royaume dépeuplé. Quelques minutes plus tard je reprends le volant et entre à nouveau dans la ville, longe le Parc Monceau et m’arrête un instant au croisement du boulevard Malesherbes. Je jette un coup d'œil à la réserve d’alimentation : presque pleine, encore 400 km devant moi.

Alice et Leo s’engouffrent à l’arrière tandis que Jude s’installe à ma droite. Prévisible, il fait basculer son fauteuil pour se retrouver en sens opposé, face à Leo. C’est leur petit luxe, une parenthèse dans leur salon itinérant. « C’est toi qui as acheté ça ? » Jude me tend une boîte de criquets bio à la grecque, trouvée dans le compartiment de la console centrale, sous l’écran. Paul et Leila ont dû l’oublier hier. Paul et Leila : nos voisins, co-propriétaires de la voiture. Dont ils profitent régulièrement pour rejoindre leur maison de campagne à 3h45 de la ville. Quelques secondes suffisent pour installer le pack de batterie supplémentaire depuis la station, et ils sont déjà loin sur les chemins forestiers qui les mènent au refuge champêtre.

Renault MORPHOZ
La journée se termine en douceur avec MORPHOZ, sans crainte d'être à court de batterie.

Alors que mon esprit s’égare dans l’odeur de mousse et les craquetements des sous-bois, j’aperçois le Sacré-Cœur. Nous ne sommes plus très loin. Jude, Alice et Léo semblent semi-assoupis, bercés par le mouvement du véhicule et les notes de soul mélancolique. J’éteins la musique et ralentis.

Au bout du boulevard des Batignolles, la ville change de visage, avec ses trottoirs grouillant de touristes, amateurs de théâtre et de gastronomie du monde. Nous naviguons confiants au milieu des cyclistes, bus et piétons, les capteurs du véhicule détectant leur présence. Notre voyage s’achève plus loin dans le calme irréel de l’habitacle, alors que le boulevard de Clichy projette ses néons vermillon sur le pavé parisien.

Bright Mirror 

Nous sommes en 2025, dans un futur qui existe déjà.

Les taxis volants n’ont pas remplacé nos transports en commun, les cyclistes n’ont pas troqué leur vélo électrique pour un hoverboard en lévitation, les piétons ne traversent pas les boulevards en jet-packs (sacs à dos propulseurs). Décevant ? Pas vraiment, car si la réalité n’a pas tout à fait rattrapé les œuvres de science-fiction des années 80, la mobilité telle que nous l’imaginons est toute aussi enthousiasmante que les moyens de transports de James Bond et Marty McFly. Des déplacements moins gadgets high-tech mais des déplacements efficaces : plus sereins et plus propres. Des villes peu à peu décongestionnées, une qualité de l’air meilleure, une gestion de l’énergie globale plus intelligente.

Dans le monde de 2025, l’imagination ne pousse pas aux rêves du cinéma de SF : dans un quotidien aux routes encombrées, aux nuits trop courtes et aux réunions trop nombreuses, nous rêvons de sommeil, d’efficacité et de plus de liberté.

La mobilité de ce monde de 2025, nous la dessinons avec notre concept-car MORPHOZ. Un véhicule propre et modulaire. Un véhicule sur mesure qui s’adapte aussi bien aux déplacements du quotidien qu’aux roadtrips sur de longues distances. Un véhicule personnel qui se partage lorsque vous ne l’utilisez pas. Un véhicule pour conduire et se laisser conduire.

Un véhicule qui répond à la diversité des besoins et activités humaines et symbolise trois grandes évolutions : la transition vers le 100% électrique, la transformation des villes en smart cities et les nouveaux modèles communautaires.

Electrification

A terme, les voitures vont dans leur grande majorité devenir électriques. Mais pour jouer un rôle essentiel dans la transition énergétique, les véhicules « zéro émission » ne doivent pas se retrouver en bout de chaîne : ils sont et seront de plus en plus intégrés dans un écosystème électrique intelligent, celui des smart cities. Comme au sein de l’île de Porto Santo, avec son réseau d’énergie partagé et – en son cœur – les batteries. Et si nous œuvrons depuis longtemps pour maximiser la seconde vie des batteries, nous démontrons avec MORPHOZ une capacité à penser encore plus intelligemment leur valorisation : grâce au partage, généralisé. Ainsi, quand le véhicule ne roule pas, ses batteries peuvent alimenter des équipements de la maison ou du quartier (avec la technologie Vehicle to Grid). Elles peuvent également être stockées dans une station pour servir à d’autres véhicules ou alimenter des équipements tels que des stations de recharge de vélos en libre-service ou des éclairages publics. Le schéma est finalement simple : plus nous partageons nos batteries, moins nous en produisons, plus nous limitons notre empreinte carbone.

Communauté 

L’économie circulaire, dont le secteur automobile est aussi un acteur clé, encourage de plus en plus le partage de véhicule et le covoiturage. Il s’invite même à bord de nos véhicules électriques. C’est dans cette tendance que s’ancre MORPHOZ : il chasse l’idée que la voiture personnelle serait forcément individualiste, et promeut au contraire un usage partagé. MORPHOZ est en ce sens un véhicule familial, où le terme « famille » s’étend à la communauté, au voisinage – comme Paul et Leila, dont nous avons parlé plus haut. En maximisant ainsi l’utilisation de chaque voiture et le nombre de passagers, nous réduisons le nombre d’automobiles sur les routes, et donc les embouteillages. Tout en proposant une expérience inédite à bord autour de services innovants et à forte valeur ajoutée. Ce concept anticipe la disparition des clés de contact et des cartes d’ouverture, mais également la réglementation, qui pourrait un jour imposer progressivement des fonctions de partage de tous les véhicules particuliers.

Nous avons fait un tour en 2025, rencontré nos voisins, notre famille imaginaire, visité la cité de demain. Mais pourquoi ce voyage à bord de MORPHOZ, un voyage inventé dans un véhicule conceptuel que nous ne verrons jamais « tel quel » sur nos routes ?

Renault MORPHOZ
« Un véhicule familial, où le terme « famille » s’étend à la communauté, au voisinage. »

A quoi servent les concept-cars ?

Car MORPHOZ dessine la vision et l’orientation business, design et produit du Renault de demain. Une voiture modulaire, qui a la capacité de se transformer physiquement selon vos besoins – en version courte « City » ou longue « Travel », avec la juste capacité de batterie. MORPHOZ peut faire rêver, mais ce n’est pas son principal intérêt. Les concept-cars sont avant tout des laboratoires d’innovation, qui permettent de tester des technologies et de donner des orientations pour le design de nos futurs modèles. MORPHOZ en sera lui aussi la parfaite illustration. Il préfigure une future famille de modèles électriques Renault utilisant la nouvelle plateforme modulaire baptisée CMF-EV. Une plateforme commune à l’Alliance, dédiée à l'électrique, qui multipliera les possibilités d'aménagements à l'intérieur du véhicule. Il préfigure également des futurs modèles qui disposeront de plusieurs capacités de batterie. Des modèles qui profiteront des améliorations structurelles et de performance des systèmes de recharge. Des modèles qui disposeront de services connectés optimisant ces moments de recharge. Les concept-cars se situent donc entre le rêve et la réalité, ils sont des symboles qui font le lien entre le grand public et l’industrie. Entre le présent… et le futur pas si lointain.


A lire aussi

Groupe Renault : l'électrique en grand
Innovation

Groupe Renault : l'électrique en grand

03 mars 2020
Voir plus
RENAULT MEGANE IV ESTATE E-TECH PLUG-IN - VERSION E3
Véhicules

Nouvelle Mégane E-TECH Plug-in : la gamme hybride de Renault s’agrandit

13 février 2020
Voir plus