Innovation | 04 mars 2021

Station Flins, l’incubateur de la RE-FACTORY, ouvre ses portes

6 min
C’est officiel, Station Flins est née. Bienvenue dans le centre d’innovation de l’économie régénérative de la RE-FACTORY, où le Groupe Renault et ses partenaires imagineront et développeront ensemble une mobilité plus durable.
par Groupe Renault

Il est 8h30 quand les quelques 150 partenaires – startup, industriels, chercheurs, formateurs  se rassemblent pour le lancement officiel de Station Flins ce jeudi 4 mars. S’ils sont pour beaucoup connectés à distance compte tenu du contexte sanitaire, c’est bien au cœur de la RE-FACTORY qu’ils développeront ensemble des solutions innovantes autour de l’économie circulaire. En mutualisant les ressources, les technologies et les savoirs de chacun, les partenaires travailleront ainsi dès cette année sur de nombreux chantiers de RE-FACTORY : le retrofit des véhicules, le recyclage des pièces, des matières, des batteries électriques, et la formation aux métiers de la mobilité de demain. Explications avec Hind Arbaoui, directeur Open Innovation, Groupe Renault. 

Hind Arbaoui, directeur Open Innovation, Groupe Renault

Que trouve-t-on derrière le concept de Station Flins ? 

"C’est un lieu de partage de ressources et dexpertises entre partenaires engagés à construire la mobilité de demain. Une mobilité plus verte et plus durable. Pour bien comprendre, il faut replacer Station Flins dans le contexte de la RE-FACTORYIl s’agit pour résumer du premier site européen d’économie circulaire avec l’objectif d’être carbone négatif à l’horizon 2030. Lorsque nous avons travaillé à l’élaboration de son modèle économique l’an dernier, il nous a paru évident que la clé de la réussite d’un tel projet serait la mise en place d’un écosystème d’open innovation. Et un gage de rapidité d’exécution.  

Dans le cadre du projet RE-FACTORY Flins nous nous sommes associés à Movin’On Labun think and do” tank fédérant plus de 300 acteurs de la mobilitéIl nous a donc paru naturel de les embarquer avec nous dans l’aventure Station Flins. " 

Sur quels sujets allez-vous collaborer avec les partenaires ? 

"Nous en avons identifié plusieurs qui sont au cœur du modèle économique de RE-FACTORY et représentés au sein se des quatre pôles RE-CYCLE, RE-NERGYRE-TROFIT et RE-START 

Dès le 4 mars et l’inauguration de Station Flins, nous commençons à travailler très concrètement sur une sélection de sujets relatifs à chacun de ces pôles. 

Pour RE-TROFIT par exemple, nous allons chercher comment créer ensemble une offre technico-économique compétitive de reconversion à l’électrique pour le marché grand public.  

Côté RE-NERGYnous allons nous pencher sur les questions qui touchent à la deuxième vie des batteries, par exemple : quels nouveaux usages pouvons-nous développer ? Quels sont ceux qui ont le plus de sens et ceux qui sont les plus rentables ?  

Pour RE-CYCLEnous allons imaginer ensemble une marketplaceun centre de collecte pour les pièces à recycler. Et au sein de cette marketplace, il va falloir réfléchir à comment optimiser ce qui rentre  c’est-à-dire maximiser la collecte des véhicules, carcasses et déchets – et ce qui sort : identifier les débouchés pour chacune des pièces ou matière. Nous discutons en ce moment avec une startup – Inex – qui a mis en place une marketplace et se présente comme le « Tinder des déchets ». Ils ont une jolie phrase qui dit : « Les déchets des uns sont les ressources des autres ». Et c’est un peu cela ce qu’on veut faire finalement. 

Les déchets des uns sont les ressources des autres 

Et puis s’agissant du pôle RE-START, nous avons là volontairement décidé de nous concentrer sur la partie formation. Avec l’idée que dans ce projet de reconversion, au-delà des formations sur les métiers actuels, nous devons également réfléchir à des programmes de formations sur les nouveaux métiers de l’économie régénérative et solidaire de la mobilité."

Qu’est ce qui fera la singularité de Station Flins ? 

"Aujourd’hui il existe plus de 300 incubateurs-accélérateurs. Donc il est vrai qu’il est important de se poser la question des avantages comparatifs de Station Flins 

Le premier, c’est qu’il est au centre de la RE-FACTORY, autrement dit au cœur d’un dispositif industriel qui va faire du « in vivo ». Nous allons pouvoir chercher la valeur ensemble, et surtout nous allons faire du test & learn permanent. Nous allons par exemple mettre en place un garage - avec des moyens 3D - des îlots semi-industriels… Nous serons sur les lignes pour industrialiser de nouveaux produits… Donc concrètement tester ensemble les technologies et les process liés aux nouveaux métiers. 
Le fait d’être dans une usine nous place tout de suite dans le concret. Avec cet incubateur nous offrons ainsi un « package unique », qui est de baigner concrètement dans des projets qui auront de réelles applications sur le terrainCar si nous avons besoin de rêver, nous voulons surtout agir. 

Un autre point fort de Station Flins est qu’il se place dans la zone des « océans bleus » (référence à La Stratégie Océan Bleu). Alors que l’industrie automobile est un bel océan rouge, dans lequel il devient de plus en plus difficile de trouver sa place avec l’intensité concurrentielle, la RE-FACTORY est un parfait exemple de la recherche d’océans bleus, où tout reste à créer.  

 Avec Station Flins, nous pourrons tester les technologies in vivo

Et enfin, troisième avantage comparatif : le caractère multi-corporate revendiqué par Station FlinsLe Groupe Renault a certes initié le projet d’incubateur, mais une fois lancé, il devient un acteur comme les autres. Si l’on veut changer les choses, si l’on veut arriver à tourner la roue de manière significative pour basculer vers une nouvelle forme d’économie, il faut que la réponse soit systémique, massive. Et pour y parvenir, il nous faut un collectif fort, où chacun apporte sa pierre à l’édifice. Ensemble, nous allons inventer de nouvelles filières, de nouvelles chaînes de valeurs, et chacun devra trouver sa place dans le processus de co-innovation."

Avec ce projet, notre volonté est de créer un incubateur dans lequel nous ferons vivre un écosystème unique avec des partenaires de nature diverse. Il sera en effet composé d’entreprises, de startup, d’universités et de centres de recherche, de fonds de Venture Capital, etc.… et sera un lieu de référence pour l’économie circulaire au service, dans notre cas, du plan stratégique Renaulution.

La clé du succès tiendra à la fois à notre crédibilité dans le domaine de l’économie circulaire - avec des compétences et des résultats de longue date - associé à une vraie volonté politique, au soutien de nos dirigeants et à l’implication forte de partenaires dont Movin’On Lab.

FRANÇOIS DOSSA
SVP Projets d’Open Innovation, Groupe Renault. 

Ce qu’ils disent de la Station Flins  

« En tant que partenaire, nous accompagnons le Groupe Renault dans la co-conception de l’incubateur. Notre rôle est double. D’une part, nous aidons à la constitution de l’écosystème de ce tiers lieu, à Flins, en tirant parti de notre expertise en matière d’entrepreneuriat, de soutien aux jeunes étudiants entrepreneurs, start-up et chercheurs. Nous avons, à titre d’exemple, accompagné des étudiants de l’Ecole des Mines dans la création de Yespark, start-up spécialisée dans le service de location de place de parking. 

D’autre part, nous allons apporter notre soutien au projet via la recherche. L’Université PSL réunit des équipes et des chercheurs de qualité exceptionnelle, à l’instar de Jean-Marie Tarascon, professeur au Collège de France et spécialiste de chimie du solide et d'électrochimie, et notamment de l'exploration de nouvelles technologies de batteries.  

Finalement, comme le Groupe Renault, nous sommes très engagés sur les questions d’un monde durable, qui est une préoccupation partagée par nos chercheurs et nos étudiants. »  

Cédric DENIS-REMIS, PhD  
Vice-Président, Développement, Innovation & Entrepreneuriat, Université Paris Sciences et Lettres (PSL)  

 

« Nous sommes vraiment fiers de rejoindre l’incubateur Station Flins et, plus largement, de participer à cette belle initiative que le Groupe Renault a initiée autour de l'économie circulaire. Chez Betteries, notre mission est de reconditionner les batteries des véhicules électriques pour leur donner une seconde vie de 3 à 10 ans. Nous créons des systèmes de stockage d'énergie qui sont mobiles, modulaires et polyvalents. Nous ciblons en particulier les pays en voie de développement, qui ont un besoin crucial d'électricité propre, fiable et abordable. Notre objectif principal est de lutter contre le changement climatique en évitant les émissions de CO2 à hauteur d’un million de tonnes par an à partir de 2030. 

Les systèmes de stockage de seconde vie sont un maillon de la chaîne de valeur autour des batteries, de leur conception à leur reconditionnement et jusqu’à leur recyclage. Notre objectif est de prolonger autant que possible la durée de vie utile des batteries et d’assurer leur recyclage à l’issue de leur seconde vie. Finalement nous partageons la même philosophie que le Groupe Renault et nous sommes tout à fait alignés avec ce que le groupe entend réaliser avec Refactory. Nous sommes déterminés à apporter des idées nouvelles, de l'innovation et de la rapidité dans ce domaine, et il est clair que Renault nous apportera le meilleur soutien dans l'accélération de notre croissance. » 

Rainer Hoenig, Fondateur et directeur général de Betteries 

 

« Le projet de Groupe Renault résonne pleinement avec les valeurs et l’engagement de Valeo en matière de développement durable et de neutralité carbone. Cette initiative, de créer un écosystème français autour de l’économie circulaire et régénérative, est à la fois novatrice et pionnière. Il nous paraissait donc naturel de répondre positivement à l’appel du Groupe Renault et d’unir nos forces pour relever cet immense challenge. 

Nous croyons en l'open innovation et à l'intelligence collective. Ainsi, nos équipes mettront toute leur énergie pour collaborer sur des projets d'extension de la durée de vie des produits, de recyclage autour des matériaux, et de formation à l'éco-conception. Nous développerons ensemble de nouveaux modèles d’affaires en adéquation avec les besoins du marché et de la société. 

L’automobile a un immense challenge à relever pour atteindre la neutralité carbone. Nos rôles respectifs, en tant que leaders de notre industrie, est de faire évoluer notre écosystème dans son ensemble. » 

Geoffrey BouquotDirecteur de la Stratégie et des Relations Extérieures et Directeur délégué Recherche & Développement et Marketing Produits, Valeo 

 

« Avec MOVIN’ON, nous voulons apporter notre expérience d’innovation en écosystème. L’économie régénérative incarnée par le projet Station Flins fait par essence appel à l’intelligence collective et à la co-innovation. Et la particularité de « l’innovation en écosystème » est qu’elle va bien au-delà de « l’entreprise élargie ». En effet avec Station Flins, nous allons travailler sur des sujets nouveaux, avec des personnes avec lesquelles nous n’avons pas l’habitude de travailler et qui ont des cultures et des méthodologies d’innovation à priori très différentes. C’est donc typiquement le genre de projet pour lequel MOVIN’ON peut apporter son expertise et son expérience. Notre but est notamment de tirer parti de cette diversité, en nous appuyant sur la singularité de chacun, tout en évitant les redondances dans chacune des communautés d’intérêts constituées.  

Aujourd'hui nous sommes plus dans une optique de « DO Tank » que de « Think Tank ». Nous voulons aboutir à des solutions opérationnelles pour Flins, pour le Groupe Renault et pour les acteurs de l’écosystème tout entier. Et Station Flins nous permet d’avoir un lieu où nous allons pouvoir prototyper, expérimenter et développer des coopérations concrètes en étant en plein cœur d’un univers industriel ».  

Erik GrabFondateur et Activateur de MOVIN’ON 
Vice-Président Anticipation Stratégique & Co-Innovation, Groupe MICHELIN 

Pour aller plus loin

A Flins, la Re-Factory est consacrée à l'économie circulaire.
Innovation

Re-Factory : le site de Flins entre dans le cercle de l'économie circulaire

25 novembre 2020
Voir plus
Economie circulaire
Innovation

Économie circulaire : le coup d’accélérateur

31 janvier 2020
Voir plus
usine maubeuge
Entreprise

Maubeuge : centre d’excellence de l’Alliance pour le véhicule utilitaire

12 février 2021
Voir plus